Balenciaga rompt ses liens avec une agence de casting après un « incident »

La maison Balenciaga a annoncé mercredi avoir rompu ses liens avec une agence de casting accusée d'avoir laissé des mannequins patienter dans le noir pendant trois heures à l'occasion de la Fashion Week de Paris et condamné « cet incident ».

AFP

La polémique est née après un message posté sur Instagram mardi, jour d'ouverture de la Fashion Week, par James Scully, un directeur de casting américain qui a accusé une agence concurrente, réputée dans le milieu, d'avoir eu un comportement « sadique et cruel ». Il a affirmé que 150 mannequins convoquées pour participer à un casting, organisé dimanche pour le défilé Balenciaga, avaient été forcées d'attendre trois heures dans une cage d'escalier, dans le noir, pendant que les deux directeurs de casting étaient partis déjeuner.

Balenciaga a indiqué dans un communiqué avoir appris dimanche que des « problèmes étaient survenus dans les castings de mannequins qui s'étaient déroulés ce jour-là ». « La maison a réagi immédiatement, procédant à des changements radicaux dans le processus de casting, notamment en cessant ses relations avec l'agence de casting actuelle », indique un communiqué.

La griffe du groupe Kering a précisé avoir envoyé ses excuses aux agences des jeunes femmes concernées. « Balenciaga condamne cet incident et reste profondément engagé à assurer les conditions de travail les plus respectueuses pour les mannequins ». Le défilé Balenciaga prévu dimanche est l'un des rendez-vous les plus courus de la Fashion Week parisienne, et son directeur artistique, le Géorgien Demna Gvasalia, particulièrement suivi dans le monde de la mode.

L'AFP a tenté de contacter les directeurs de casting mis en cause, sans succès. James Scully, dont le post Instagram a reçu le soutien entre autres des mannequins noirs Joan Smalls et Jourdan Dunn, a par ailleurs accusé la maison Lanvin de discrimination à l'encontre des « femmes de couleur » dans le choix de ses mannequins. La griffe, qui présentait mercredi sa collection et fait défiler deux mannequins noirs, dont la même Joan Smalls, et deux Asiatiques, a récusé ces accusations. La directrice artistique de Lanvin, Bouchra Jarrar, s'est insurgée contre des « insultes ». Les mannequins du défilé sont « toutes d'origines différentes, de quoi me parle-t-on ? » a-t-elle déclaré à l'AFP à l'issue du défilé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversMédias