Chanel : Haute Couture de prestige et décor de carte postale

« Prestigieux. Elevé à tout point de vue... On peut fermer et ouvrir toutes les pièces, on trouve une mini-jupe en dessous », expliquait Karl Lagerfeld à propos de la moitié des tenues du défilé ravissant organisé par Chanel, mardi matin, sous les verrières du Grand Palais.


Chanel - Photo: PixelFormula
 
L'espace immense avait été métamorphosé en quai de Seine, bouquinistes et réverbères compris, avec l'Institut de France, bâtiment historique qui abrite l'Académie française, en toile de fond.

« La couture est française, éminemment parisienne. Et j'ai une vue imprenable sur le quai Voltaire depuis mes fenêtres. C'est l'un des plus beaux monuments de Paris, à deux pas de chez moi », confie Karl Lagerfeld, qui habite à moins de 200 mètres.

Son défilé s'est ouvert sur des tenues raffinées, entièrement grises et assorties aux quais de Seine : de longs manteaux et redingotes, avec des manches tulipes ouvertes - coupés dans des laines anthracite et des satins fluides. Karl a également proposé un nouveau tailleur Chanel avec des revers très masculins et de charmantes jupes - longues jusqu'à la cheville, mais fendues jusqu'à la hanche. Tous les mannequins portaient de petites bottines en peau gris clair, en tweed foncé ou en cuir argenté, éblouissant. Pour le soir, le couturier allemand a coupé des mètres de tissu argenté, tantôt en finition sur des robes courtes, des boléros sensuels et des bustiers, tantôt sur une jupe tricotée en torsade argentée, tantôt sur des robes du soir à épaules pointues, superbes, qui vont faire un tabac sur les tapis rouges la saison prochaine.
 
Puis, la fin traditionnelle des défilés couture : une robe de mariée, portée cette fois-ci par un mannequin noir - il s'agit de la deuxième fois seulement qu'un mannequin noir a l'honneur de clôturer un défilé Chanel, depuis Alek Wek il y a quinze ans. 
 
Véritable bourreau de travail, Karl Lagerfeld travaille déjà sur ses prochaines collections, dont la collection croisière.

« Mais on ne l'appellera plus Croisière, ça non ! On l'appellera Voyage. Parce que franchement, le terme "croisière" est tellement démodé. Imaginez-vous en train de voyager avec 5 000 personnes autour de vous. Quelle horreur ! Rien à voir avec le luxe », explique-t-il.

Avant même le début du défilé, Chanel avait annoncé que Penélope Cruz serait sa nouvelle ambassadrice, l'égérie de sa collection croisière. D'ailleurs, Chanel compte désormais plus d'ambassadeurs que les Nations Unies : Kristen Stewart, Lily Rose Depp, Keira Knightley et Marine Vacth.


Chanel - Photo: PixelFormula

Ce défilé était le premier depuis que Chanel a révélé à l'improviste ses chiffres financiers pour la première fois le mois dernier - dévoilant un impressionnant chiffre d'affaires de 9,623 milliards de dollars (environ 8,256 milliards d'euros) pendant son exercice 2017. 

Pourquoi maintenant ?, avons-nous demandé à Bruno Pavlovsky, qui préside la mode et les accessoires chez Chanel. « Pourquoi pas ? Nous sommes fiers de ce que nous faisons », a-t-il répondu.

À propos d'un article du New York Times qui laisse entendre que Chanel a révélé ces chiffres pour décourager une éventuelle offre de rachat du groupe LVMH, celui-ci répond : « C'est n'importe quoi ».
 
Et personne ne joue un rôle plus important dans le succès de Chanel que son énergique directeur artistique, Karl Lagerfeld. L'octogénaire donnera d'ailleurs un autre défilé couture cette semaine à Paris, pour Fendi, mercredi soir. Et pourtant, il trouve encore le temps de s'occuper de sa chatte blanche, Choupette. 

« Je déteste retourner chez moi quand Choupette n'est pas à l'appartement », confesse-t-il, après avoir montré des dizaines de photos de sa chatte à deux journalistes hilares. Le couturier reconnaît avoir près de 15 000 images de son animal favori.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés