Chanel Métiers d'art : et vogue le navire, dans le port de Hambourg

On dit de ne jamais regarder en arrière. Karl Lagerfeld a respecté l'adage avec une collection à l'esprit nautique et innovant, présentée pourtant à Hambourg, la ville natale du couturier, où avait lieu cette année le défilé Chanel Métiers d'art.
 

Chanel Métiers d'art Paris - collection Hamburg 2017-18

La collection a défilé sous les travées de la Philharmonie de l'Elbe, salle de concert géante dessinée par les architectes Jacques Herzog et Pierre de Meuron, construite sur un entrepôt en briques au bord du fleuve et dont l'inauguration a eu lieu en janvier dernier. Une structure vitrée vertigineuse, haute de 110 mètres au-dessus du port de Hambourg, qui semble onduler comme une vague énorme sous laquelle passent des pétroliers, des remorqueurs, des bateaux de croisière et des ferries barrés par des officiers de marine marchande - l'inspiration principale de la collection.
 
À peu près tous les 87 passages du défilé comportaient des casquettes de capitaines de bateaux-vapeur décorées de sangles en tweed Chanel bleu effilochées, de chaînes en cristal et de broches CC. Du même type que celles portées par les Beatles - qui se sont d'ailleurs taillés leur première expérience de musiciens, encore adolescents, dans les clubs mal famés du quartier Reeperbahn à Hambourg. Rappelez-vous Ringo Starr sur la pochette de l'album Help!, en 1965.

Autre référence nautique : des pantalons à ponts bordés de gros-grain ou coupés en cuir ciré à rayures. Et comme il fait toujours un peu froid dans ce port de la mer du Nord, des cuissardes tricotées torsadées, portées avec le haut assorti, une robe cocktail aux allures de pull irlandais. Enfin, on est prêt à parier que les nouveaux cabans Chanel, coupés un peu évasés pour faire écho aux courbes de la Philharmonie, seront achetés par toutes les filles branchées dès que le thermomètre chutera.
 
« Je suis venu ici pour le bâtiment. Il m'a vraiment inspiré. C'est lui qui a donné à Hambourg son statut de nouvelle capitale de la culture en Allemagne. Depuis que Zaha Hadid nous a quittés, je considère Herzog et Meuron comme les architectes les plus intéressants du moment. Ici, il y a un concert chaque jour, toujours à guichets fermés. Pourtant, Hambourg ne ressemble plus à la ville où j'ai grandi. Il n'y avait pas de conteneurs quand j'étais enfant ! » nous a raconté Karl Lagerfeld après le défilé, dans le salon vert qu'il occupait dans les coulisses. Le couturier allemand s'est d'ailleurs amusé à créer des sacs Chanel en forme de conteneurs miniatures et colorés. 
 
En outre, Karl Lagerfeld a revisité le tailleur Chanel classique pour arpenter les mers, en l'agrémentant de rivets dorés à la place des boutons, de triples rayures et de cols marins descendant assez bas dans le dos - particulièrement prisés de Coco elle-même. La légende affirme que cette forme particulière vient de l'époque où les marins goudronnaient leurs tresses. Les mannequins, menés par le top model allemand Anna Ewers, avaient toutes des tresses aussi. Tandis qu'elles marchaient en suivant les courbes de la salle de concert, un orchestre de 35 musiciens jouait La Paloma, dont les accents étaient amplifiés par l'acoustique remarquable du lieu.

Mais le clou du spectacle résidait dans quelques fantaisies fabuleuses en plumes, où Karl Lagerfeld a pu mettre à l'honneur le talent technique des ateliers parisiens de Chanel, raison d'être de ces défilés Métiers d'art. Point d'orgue de cette série, une courte robe de cocktail à col marin toute en plumes, avec des rayures horizontales, réalisée par la Maison Lemarié, spécialiste des fleurs et des plumes, fondée en 1880 et rachetée par le groupe Chanel en 1996.
 
« Vous pouvez remercier Virginie pour ça. Elle a vraiment réussi quelque chose cette saison. Merci ! » a dit Karl Lagerfeld à propos de son bras droit chez Chanel, Virginie Viard, qui souriait en l'écoutant.

Pour ses tenues de soirée, le créateur a choisi de donner dans la grivoiserie - après tout, un port reste un port - avec des jupes en tulle transparent portées avec des pulls torsadés noir et blanc qui ne manquaient pas d'audace, et qui reproduisaient les motifs baroques de l'hôtel de ville de Hambourg. Quant à l'instrument traditionnel local, l'accordéon, il a fait une apparition sous la forme de sacs à main articulés à bandoulières en chaîne dorée.

Au moment du final, Karl Lagerfeld, qui portait une veste Dior Homme, a salué avec son filleul Hudson, devant une audience de 1 200 personnes, dont le premier rang d'égéries - Kristen Stewart, Tilda Swinton, Lily Rose Depp, Marine Vacth - s'est levé pour lui offrir une standing ovation prolongée.

Adolescent, quand il a décidé de quitter sa région natale, Karl Lagerfeld a pris un train pour Paris afin d'y étudier la création de mode. Plus de six décennies plus tard, il fait un retour triomphal à Hambourg, dévoilant ses dernières créations pour une des plus grandes réussites mode de la planète. Une manière pas tout à fait comme une autre de rentrer à la maison.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDéfilés