Conjoncture textile-habillement Etats-Unis




La consommation américaine est structurellement soutenue ….


Malgré le retournement de certains indicateurs conjoncturels, la situation économique américaine reste bonne depuis le début de l'année : la croissance du PIB se situe autour des 3,5 % pour le premier semestre et le chômage poursuit sa baisse amorcée depuis le second semestre 2003.




La principale locomotive de la croissance américaine est la consommation des ménages qui a progressé de 7 % en valeur au cours des sept premiers mois de l'année 2005, mais celle-ci devrait logiquement se tasser en raison notamment de la flambée des prix du pétrole.

Les ventes d'habillement ont profité de cet environnement favorable pour croître de 5,4 % en valeur.

Si la consommation américaine a bénéficié d'importantes baisses d'impôts concédées par l'Etat, il n'en demeure pas moins qu'elle est structurellement soutenue : son rythme de croissance au cours des 5 dernières années dépasse d'environ 2 points le rythme européen.




Plusieurs explications sont à l’origine de ce phénomène : d'abord la croissance démographique y est bien plus favorable (1 % en moyenne annuelle contre 0,3 % en Europe), et puis la culture consumériste est omniprésente aux Etats-Unis : le consommateur outre atlantique est beaucoup moins enclin à épargner que son homologue européen, il a davantage recours aux crédits à la consommation, ce qui engendre un taux d'endettement des ménages bien plus élevé que sur le Vieux Continent.

Pour l'habillement, ce qui caractérise le consommateur américain, c'est la recherche perpétuelle de bonnes affaires. La course aux prix bas, promotions et soldes est facilitée par l'absence de législation (il est même possible de vendre à perte).

Mais comme la baisse tendancielle des prix est plus que compensée par l’augmentation des quantités, le marché reste très dynamique.

Les acteurs majeurs de la distribution américaine d'habillement sont les chaînes (27 %) dont la part de marché progresse, ces chaînes se situent la plupart du temps dans les malls (centres commerciaux). Les grands magasins (18 %) et les discounters (17 %), parmi lesquels on trouve le leader Wal mart, concentrent également une part importante de la distribution.

Le commerce indépendant ne représente que 3,5 % du marché et le taux de concentration de la distribution américaine atteint 85 % en 2004, contre 62 % pour l'UE.






… ce qui favorise l'explosion des importations chinoises


La vigueur de la consommation américaine entraîne une forte poussée des importations américaines d'habillement pour les sept premiers mois de l'année 2005 : + 10 %, contre + 2 % pour l'Union européenne.

Les deux grands bénéficiaires de cette croissance sont l'Inde (+ 34 % en valeur) et surtout la Chine (+ 94 % en valeur et + 122 % en quantités). L'empire du milieu devance désormais largement le Mexique alors que les deux pays étaient au coude à coude en 2003.

La poussée chinoise dépasse très largement le cadre du textile puisque le déficit commercial entre les Etats-Unis et la Chine a constitué un record en 2004 et la tendance ne s'inverse pas en 2005.







Face à cette situation et aux nombreuses pertes d'emploi qui touchent l'industrie textile américaine, l'administration a décidé unilatéralement d'utiliser les clauses de sauvegarde prévues par les textes de l'OMC afin de réimposer des quotas limitant à 7,5 % la croissance des importations en provenance de Chine sur un nombre important de catégories de produits, et de nouveaux quotas devraient être imposés au cours du mois de septembre.

Pour certaines de ces catégories (pull-overs, chemisiers), les produits chinois seront bloqués avant la fin de l'année 2005 compte tenu de la croissance exponentielle des importations.

Si les Etats-Unis et la Chine négocient actuellement afin d'aboutir à un accord dont les contours devraient être proches de celui conclu par l'UE, il n'en demeure pas moins que depuis le début de l'année, les Etats-Unis ont fait preuve d'une réactivité (dans la mise en place des quotas) et d'une fermeté à l'égard de la Chine bien plus importante que l'Union européenne.





Parallèlement à ces discussions et en vue d'enrayer les dégâts considérables que la percée chinoise occasionne sur l'industrie mexicaine, les Etats-Unis et l'Amérique centrale vont signer un accord de libre échange (CAFTA) qui permettra aux industriels mexicains et centre-américains de s'approvisionner en fils et tissus dans cette zone en conservant les bénéfices de l'accord pour l'exportation vers les Etats-Unis.

Ainsi, les Américains cherchent à renforcer leur espace régional malmené par la poussée chinoise.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterTextileIndustrie