Controverse autour de costumes de chez Arnys offerts à François Fillon

Un nouveau cactus dans une "campagne de caniveau" ? François Fillon s'est fait offrir des costumes de luxe, a révélé dimanche le JDD. Le candidat de la droite dénonce une "intention évidente de nuire". "Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors ?", a répondu François Fillon, dans un entretien aux Echos, paru ce lundi.


François Fillon (centre) revêtu d'une veste de chez Arnys, le 20 août 2010 à Bormes-Les-Mimosas - AFP

Le Journal du dimanche affirme qu'un mécène a signé le 20 février un chèque de 13 000 euros pour le règlement de deux costumes achetés chez Arnys, un tailleur parisien des quartiers chics. "J'ai payé à la demande de François Fillon", a affirmé cet "ami généreux" au JDD.

A cela s'ajouteraient selon l'hebdomadaire près de 35 500 euros "réglés en liquide" pour de précédents achats au profit de François Fillon chez ce tailleur, pour un montant de près de 48 500 euros au total depuis 2012.

"J'observe que ma vie privée fait l'objet d'enquêtes en tous sens et que ce traitement m'est réservé. Mes faits et gestes sont scrutés tous les jours dans l'intention évidente de me nuire pour m'écarter de la course à la présidentielle", se défend le candidat Les Républicains.

Dans son entourage, on considère que ces cadeaux n'ont "rien de répréhensible", mais qu'il est "totalement extravagant" de soutenir "que certains costumes auraient été payés en espèces", car "aucune maison sérieuse n'accepte des paiements en espèces pour de tels montants".

Le tailleur parisien Arnys avait été racheté en 2012 par le groupe LVMH au profit de sa maison Berluti afin de lui rattacher une ligne de prêt-à-porter.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversPeople