Défilés Femme : Milan promet une semaine riche en nouveautés

Après New York et Londres, c’est au tour de Milan de prendre le relais. La Semaine de la Mode dédiée aux collections féminines pour le printemps-été 2016, qui s’apprête à envahir la capitale lombarde du 23 au 28 septembre, s’annonce intense avec trois nouveaux noms intégrant le calendrier officiel, des retours, des moments forts et de nombreuses initiatives parallèles.

Le show Roberto Cavalli est très attendu après le retrait de son fondateur. Ici sa dernière collection féminine, en février - PixelFormula

Au total, la semaine affiche 170 collections avec 70 défilés officiels (auxquels s’ajoutent divers shows hors calendrier, dont Dolce & Gabbana le dimanche 27 septembre, Kristina Ti ou encore les deuxièmes lignes de Giambattista Valli, Giamba et d'Antonio Marras, I'M Isola) ainsi que 88 présentations, contre 151 collections avec 73 défilés et 80 présentations en février dernier.

Pas moins de 26 événements entre fêtes, inaugurations de boutiques, expositions, etc. égayeront aussi la semaine. A commencer par le grand défilé organisé en ouverture de la Fashion Week, le soir du mardi 22 septembre, par l’Istituto Marangoni pour célébrer son 80ème anniversaire.

Le show, présentant les collections féminines de 16 parmi ses meilleurs élèves issus des quatre écoles de Milan, Londres, Paris et Shanghai, se déroulera à The Mall, le nouvel espace accueillant les défilés cette saison, situé dans le quartier moderne de Porta Nuova, nouveau centre névralgique de la Semaine de la Mode milanaise.

Le marathon milanais prendra son envol le lendemain avec un foisonnement de nouveautés et de projets intéressants. Tous les regards seront rivés notamment sur le défilé de Roberto Cavalli, samedi 26 septembre, qui suscite une grande curiosité après le retrait de son fondateur éponyme suite à la cession de sa griffe au fonds d’investissement italien Clessidra. Pour mieux concentrer l’attention sur ce moment charnière ne défilera pas cette saison la ligne jeune Just Cavalli.

La Camera della Moda lance un guide de survie pour affronter la Fashion Week ! Il est écrit par J.J. Martin, le fondateur du magazine en ligne LaDoubleJ.com.

C’est Peter Dundas qui aura la délicate mission de reprendre le flambeau créatif de Roberto Cavalli. Le créateur norvégien œuvrait auparavant chez Emilio Pucci, autre défilé, qui promet d’être très suivi le jeudi 24 septembre avec, aux commandes, Massimo Giornetti, qui succède à Peter Dundas. Le jeune styliste italien, qui connaît le succès depuis quelques années avec son propre label MSGM, devrait apporter une nouvelle fraîcheur à l’historique marque florentine.

Enfin, est très attendue également la nouvelle collection de Iceberg, qui défilera le lendemain vendredi 25 septembre. La marque de sportswear chic du groupe Gilmar annonce une grande relance cette saison avec l’arrivée, là aussi, d’un nouveau styliste, l’Autrichien Arthur Arbesser, et l’ouverture d’un grand flagship le samedi 26, via Verri.

Pour Arthur Arbesser, cette Fashion Week marque un double départ, puisqu’il intègre aussi le calendrier milanais, le 28 septembre, avec sa marque éponyme. Vainqueur en 2013 du concours de mode pour jeunes talents Who is on next? et finaliste du premier LVMH Prize, le designer viennois, qui a longtemps travaillé chez Giorgio Armani avant de lancer sa propre ligne en 2013, a déjà défilé une première fois à Florence en juin dernier dans le cadre du Pitti Uomo.

Parmi les autres nouveaux noms à découvrir cette semaine, la styliste israélienne Aliza Shalali Deizy, qui défilera dans le théâtre d’Armani le 26 septembre. Née en Israël en 1985, transférée à Milan en 2009 pour se former au Fashion design à l’Istituto Marangoni, la jeune femme a lancé sa marque Daizy Shely en 2011, mettant l’accent sur la grande qualité des matières et sur des coupes couture.
 
Arthur Arbesser débute cette semaine à Milan avec sa marque et celle d’Iceberg. Ici son tout premier show en juin au Pitti Uomo  Pitti Immagine
Damir Doma, qui a transféré son activité de Paris à l’Italie en début d’année et fait ses débuts sur les podiums milanais en juin dernier avec le menswear, présentera pour la première fois la femme, le 27 septembre. A signaler enfin parmi les nouveautés, cette fois non sur les podiums mais en showrooms, la présentation de la première collection de la marque italo-chinoise Giada, signée par Gabriele Colangelo.

Il ne faudra pas rater par ailleurs le lancement de la ligne de Rossella Jardini, l’ex-directrice créative de Moschino, la première collection pour femme créée par le tailleur napolitain Kiton ou encore Winonah, la ligne lancée par la célèbre trend setter néerlandaise Winonah de Jong avec le fabricant italien Maison M.

Hormis les poids lourds Gucci, Prada, Versace, Giorgio Armani, etc. journalistes et acheteurs retrouveront les protagonistes de la nouvelle génération du Made in Italy, avec qui ils commencent à se familiariser depuis quelques saisons. Les jeunes créateurs s’alternant désormais avec les grandes griffes de manière équilibrée et harmonieuse dans le calendrier.

C’est la Milanaise Chicca Lualdi, une fois de plus, qui ouvrira la Semaine, mercredi 23 septembre à 9h30 suivie par Stella Jean et Fausto Puglisi. Les jours suivants, ce sera le tour de Cristiano Burani, Uma Wang, Marco de Vincenzo, MSGM, Au jour le jour, Leitmotiv et Alberto Zambelli, ainsi que Vivetta Ponti, dont la marque « Vivetta », fondée en 2010, a débuté sur les podiums lors de la dernière session hivernale.

Le jeune label italien Au Jour le Jour défile depuis quelques saisons déjà à Milan - PixelFormula

La Camera della Moda a supprimé en revanche cette saison les défilés collectifs, qui reléguaient le plus souvent les jeunes pousses en marge de la Fashion Week dans des créneaux horaires impossibles. Elle se concentre désormais sur le nouveau projet « Fashion Hub Market », permettant à une sélection de 17 stylistes émergents italiens et étrangers de présenter leur collection dans un espace dédié durant la Fashion Week.

Selon les habituels chassés-croisés d’une saison sur l’autre, à noter, au-delà de la défection de Just Cavalli, celles des Italiens Roberto Musso, Massimo Rebecchi et Ter et Bantine. Cette dernière s’éclipse après avoir présenté en février le travail de l'Allemand Kostas Murkudis, qui avait succédé à la fondatrice, Manuela Arcari, suite au rachat du label par le fonds Opera Italia.

Disparaît aussi le new-yorkais Nicholas K, qui avait défilé à Milan en février et septembre dernier dans le cadre du concours DHL Exported. Réintègrent pour leur part le calendrier Andrea Incontri et Angelo Marani.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés