Dolce & Gabbana puise dans la culture locale pour son premier défilé au Mexique

Entre les sculptures d'Auguste Rodin et le timbre du chanteur mexicain Luis Miguel, Dolce & Gabbana a présenté ce mercredi 18 avril au soir au Musée Soumaya de Mexico ses lignes couture homme et femme, Alta Sartoria et Alta Moda. Un défilé signé du tandem italien Stefano Gabbana et Domenico Dolce en forme d’hommage à la beauté et au style mexicain.


La marque s’est inspirée de Frida Kahlo et de ses célèbres diadèmes de fleurs pour sa collection couture. - Cortesía

Au son des grands classiques du mariachi et avec un premier rang mêlant l’icône du cinéma italien Sophia Loren, la première dame du Mexique Angélica Rivera et l’homme le plus riche du pays, également propriétaire du musée, Carlos Slim, les mannequins féminins ont défilé élégamment vêtues de sequins, manteaux oversize et gilets à franges. Les robes faisaient clairement référence à la Vierge de Guadalupe, tandis que les diadèmes étaient ornés d’une petite poupée à l’effigie de la peintre mexicaine Frida Kahlo.

Comme pour évoquer les similitudes entre cultures italienne et mexicaine, Dolce & Gabbana a présenté une chemise aux couleurs des drapeaux des deux pays agrémentée d’un cœur doré, ainsi que des gilets rappelant l’habit de lumière des toreros et des chapeaux faisant un clin d’œil au flamenco espagnol. Une coïncidence ? Sûrement pas ! Comme l'a indiqué Stefano Gabbana lors de la conférence de présentation qu’il a tenue la veille du défilé, l’Espagne est le trait d’union entre les racines mexicaines et italiennes.

"Nous voulions venir au Mexique pour explorer le marché parce que la philosophie de Dolce & Gabbana, est, encore et toujours, de voyager et de découvrir quel rapport nous avons avec le pays", a déclaré le designer sicilien. "Nous aimons le folklore, les gens, la vie, quand nous prenons des références comme les mariachis, nous parlons de culture", a-t-il ajouté.

Cette collection couture du duo italien faisait en effet référence à plusieurs pans de la culture mexicaine, les robes en dentelle noire portées avec des diadèmes de fleurs s’inspirant du style de Frida Kahlo et les costumes à nœud papillon et boutonnière dorée du costume traditionnel de mariachi.


La rencontre entre l’esthétique mexicaine et la tradition sicilienne par Dolce & Gabbana dans la collection couture présentée au Musée Soumaya - Cortesía

L’inspiration du défilé était 100 % mexicaine, et le casting suivait la même logique, regroupant les influenceurs les plus célèbres du pays : Juanpa Zurita, Michelle Salas et Diego Boneta, mais aussi les mannequins Alejandra Infante, Karime Bribiesca, Mariana Zaragoza et Cristina Piccone. Cette dernière a clôturé le défilé vêtue d'une robe à l'étoffe signée de l'artiste peintre brésilien Romero Britto.

"Les Millennials sont très forts. Si nous voulons atteindre la nouvelle génération, nous devons prêter attention au type de musique qu'ils écoutent, à ce qu'ils portent de façon décontractée pendant la journée et de manière élégante la nuit. Nous sommes déjà en phase avec notre génération, nous devons nous concentrer sur la nouvelle", a déclaré Stefano, ajoutant que certains modèles avec une touche d'humour font aussi partie de sa personnalité. "Mon travail est ma vie, alors je m'exprime à travers lui !"

Du côté de la collection masculine, Dolce & Gabbana oscillait entre plusieurs styles, dans une ligne un peu plus floue que celle de la collection femme. Certains silhouettes rappelaient les motifs des années 70, d’autres s’inspiraient de pyjamas, tandis que des costumes métalliques étaient rehaussés du rose vif typique du Mexique.

Premier défilé de Dolce & Gabbana en Amérique latine, ce grand show de plus de 100 looks au déroulé impeccable s'est révélé à la fois vibrant et chargé d’énergie. De quoi assurer de belles retombées à la maison italienne qui cherche à se développer sur le plan local. Mais c'est tout le continent américain que ciblait cette saison la maison italienne, puisque quelques jours auparavant, le 9 avril, elle créait également l'événement au Metropolitan Opera de New York avec un défilé là aussi dédié à se lignes couture femme et homme, avec leurs propres clin d'oeil à l'histoire des Etats-Unis. Actuellement concentrée sur son expansion en Amérique, la griffe a vu la région peser 13% des ventes totales de la marque au cours de l'année fiscale 2016/2017, close le 31 mars 2017.

Selon certaines informations, la prochaine étape des lignes couture de la maison pourrait être l'Italie à nouveau. Le rendez-vous aura lieu en juillet, dans l'un des magnifiques palais bordant le lac de Côme, près de Milan.

 

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresDéfilésCollection