Fast Retailing lance un plan de départs volontaires chez Comptoir des Cotonniers et Princesse tam.tam

Ce n'est pas la première réorganisation initiée par Fast Retailing depuis qu'il a racheté les enseignes françaises Comptoir des Cotonniers et Princesse tam.tam en 2015, mais elle se traduit cette fois-ci par un plan de départs volontaires. Selon nos informations, le groupe nippon vient en effet d'annoncer à ses salariés l'ouverture d'un guichet de départ pour le personnel du siège parisien des deux enseignes, situé rue Saint-Honoré à Paris. 


Collection printemps-été 2018 - Comptoir des Cotonniers

Le propriétaire des deux enseignes a confirmé cette information à FashionNetwork.com : « Fast Retailing France, dont le siège social est à Paris, confirme avoir informé les salariés des projets de réorganisation de son siège social relatifs à Comptoir des Cotonniers et Princesse tam.tam en France, la réorganisation ne portant pas atteinte aux réseaux de magasins des deux marques », précise le groupe nippon.

Fast Retailing ne communique pas sur le nombre de départs volontaires escomptés, et ne commente pas non plus le nombre de salariés qui pourraient candidater. Ils seraient, selon nos informations, aujourd'hui environ 300 salariés à évoluer au sein du siège commun aux deux enseignes.

La situation de ces deux spécialistes du prêt-à-porter féminin et de la lingerie est délicate depuis plusieurs années et ne satisfait pas le groupe japonais. Celui-ci a déjà entrepris des démarches de réduction des coûts, mais toutes deux restent déficitaires, dans un environnement tendu où les ventes sont, au mieux, stables.

Dans le dernier rapport financier du groupe portant sur le premier semestre, publié ce 12 avril, Fast Retailing ne donne pas le détail des performances chiffrées des deux enseignes mais livre deux informations : d'une part Princesse tam.tam ne parvient pas à réduire ses pertes, et d'autre part, Comptoir des Cotonniers a fait l'objet d'une dépréciation qui pèse pour 58 millions d'euros sur le résultat opérationnel de la division "Global brands"  du groupe, le faisant dégringoler à - 42 millions d'euros sur les six premiers mois de l'exercice en cours.

Si le groupe précise dans son commentaire que le plan de départs volontaires ne concerne que le siège et pas les boutiques, force est de constater que celui-ci a déjà procédé à une réduction des parcs de boutiques ces dernières années. Les activités étrangères, certes assez peu nombreuses et concernant quasi uniquement la marque de prêt-à-porter, ont été réduites. Rien que pour 2017, ce sont 23 fermetures qui ont été recensées pour Comptoir des Cotonniers, portant le nombre de magasins à 328, après une année 2016 du même acabit. Pour Princesse tam.tam, le parc compte au dernier recensement fin février 129 unités, alors que 153 adresses étaient revendiquées il y a moins de deux ans.

Le président de la filiale française, nommé par Fast Retailing en décembre dernier, Taku Morikawa, a donc clairement pour mission de redresser la barre et réduire les pertes des deux enseignes.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLingerieBusiness