HanesBrands jouit d'une croissance soutenue en 2017

Le groupe américain HanesBrands, détenteur des marques Hanes, Dim, Playtex, Wonderbra ou encore Champion, affiche une croissance de 7 % de ses ventes sur son exercice 2017 clos le 30 décembre dernier, à 6,47 milliards de dollars (5,28 milliards d’euros).  « En 2017, nous nous sommes concentrés sur la diversification de nos activités pour être en mesure d’afficher un chiffre d’affaires annuel en hausse constante, » a précisé le PDG de HanesBrands, Gerald W. Evans Jr.


La croissance du groupe a été portée par l'international - HanesBrands

La marge brute s'établit à 2,49 milliards de dollars (2, 02 milliards d'euros), contre 2,28 milliards un an plus tôt, faisant ainsi monter le taux de marge de 37,8 % à 38,5 %. Le résultat opérationnel s'affiche lui en repli à 723,1 millions de dollars (589,4 millions d'euros) versus 775,6 millions en 2016.

Néanmoins, en tenant compte des acquisitions réalisées par le groupe au cours de l'exercice, le résultat opérationnel ajusté grimpe à 916 millions de dollars (748,23 millions d’euros), soit en très légère progression par rapport aux 914,2 millions dégagés sur l'exercice précédent.

Sur le seul quatrième trimestre, la société enregistre une croissance de 4 % à 1,645 milliard de dollars (1,343 milliard d’euros), dont 2 % relèvent d'une croissance organique, c'est-à-dire sans tenir compte des ventes tirées des acquisitions.
 
La croissance de la demande pour l'activewear (+ 3 % sur l’année entière) continue de booster les ventes de l’entreprise. L’acquisition d’Alternative Apparel en octobre 2017 a également permis de gonfler le chiffre d’affaires de 18 millions de dollars (14,70 millions d’euros) supplémentaires.
 
Avec des ventes qui continuent à stagner en Amérique du Nord, la société a largement misé sur sa croissance internationale. Les ventes à l'export ont augmenté de 34 % sur l’année, tirées vers le haut par de nouvelles ouvertures de boutiques et une forte demande sur tous les territoires.

La société a également déclaré sur l'année un flux de trésorerie de 656 millions de dollars (535,85 millions d’euros), supérieur aux 606 millions de dollars (495,01 millions d’euros) de l’an dernier. Gerald W. Evans Jr a ajouté que cette trésorerie en hausse sera le moteur de son business model, dictant « [ses] initiatives de croissance [...], [ses] acquisitions et [sa] stratégie de capital. »
 
L’entreprise a d'ailleurs profité de la publication de ses résultats annuels pour annoncer un accord d’acquisition de Bras N Things, un distributeur australien spécialisé dans la lingerie. Cette transaction est estimée à environ 400 millions de dollars (326,74 millions d’euros) sur la base de la valeur de l’entreprise. L’acquisition devrait avoir lieu aux alentours de la mi-février.
 
Le distributeur s’attend à une année 2018 également satisfaisante, avec des ventes comprises entre 6,72 et 6,82 milliards de dollars (5,49 à 5,57 milliards d’euros).

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterSportLingerieBusiness