Imbroglio autour de la piétonisation d’Oxford Street

Le futur piéton d'Oxford Street est-il condamné ? Le maire de Londres, Sadiq Khan, accuse le Conseil de Westminster City d’avoir saboté l’avenir d’Oxford Street en lui retirant son soutien pour la piétonisation de la principale artère commerçante de la capitale britannique, l'un de ses grands projets, qui était envisagé pour 2020.


Mayor of London

Sadiq Khan ne pèse pas ses mots et qualifie cette décision de « trahison » représentant « une menace réelle » pour l’avenir de la rue, qui affiche l’une des concentrations les plus importantes d’enseignes de mode du pays.

Le Conseil de Westminster, qui emporte la décision finale, a en effet fait savoir aux résidents de la zone jeudi dernier qu’après deux enquêtes publiques, il avait décidé de retirer son soutien à cet ambitieux projet. Le plan avait reçu l’aval des clients de l’artère, mais de nombreux résidents de la zone étaient préoccupés par son possible impact sur les conditions de circulation et l’augmentation de la pollution dans d’autres rues proches. Ce sont ces résidents qui élisent le Conseil de Westminster et leur avis a donc largement pesé dans la balance.

Sadiq Khan a par ailleurs accusé Westminster de saboter une opportunité de faire « d’Oxford Street un environnement plus sûr, plus sain et plus agréable ». Il a aussi regretté que cette décision intervienne juste après l’annonce de House of Fraser, dont la boutique d’Oxford Street fermera ses portes l’année prochaine.

Cependant, le maire a réaffirmé sa détermination à continuer le combat pour la piétonisation, y voyant un enjeu global pour l’ensemble de Londres.

Sa colère n’est pas surprenante, étant donné que le Conseil de Westminster avait tout d’abord paru soutenir le projet lors de sa première présentation. Celui-ci s’est justifié cette semaine en arguant qu’après les discussions avec les résidents, il avait été « convaincu qu’il y a une grande opposition démocratique à ce plan de piétonisation car ce n’est pas ce que les résidents locaux veulent ».

Évidemment, ce n’est pas un plan qui aurait été facile à mettre en œuvre, car le trafic dans cette zone est dense et les rues alentour n’ont pas vraiment la capacité d’absorber l’excédent. La dirigeante du Conseil, Nickie Aiken, a déclaré que Westminster continuerait à réfléchir à des façons d’améliorer la zone et de tirer le meilleur parti de la nouvelle Elizabeth Line, qui entrera en service à la fin de l’année.

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - DiversLuxe - DiversBeauté - DiversArt de vivre - DiversDistribution