Iran : huit arrestations dans le milieu de la mode

Huit personnes liées au milieu de la mode et accusées de propagation de « culture anti-islamique », notamment pour avoir publié des photos de femmes non voilées sur Instagram, ont été arrêtées en Iran, selon le chef du tribunal chargé de la cybercriminalité.



Depuis deux ans, une opération de justice intitulée « Araignée II » a identifié au total 170 personnes qui géraient des pages sur Instagram, dont 59 photographes et maquilleurs, 58 mannequins, 51 responsables de maison de couture, d'après un communiqué officiel.

« Nous avons découvert que 20 % du réseau Instagram iranien était contrôlé par les milieux de mode », a déclaré dimanche soir Javad Babaie, juge au tribunal chargé de la cybercriminalité, à la télévision d'Etat. Il a ajouté que 60 % des utilisateurs iraniens d'Instagram suivaient ces pages. Ce service de messagerie est très populaire en Iran, où Facebook et Twitter sont interdits.

Les huit personnes arrêtées « propageaient un contenu immoral et une culture anti-islamique », notamment des photos de mannequins non voilées, a-t-il ajouté. C'est, selon lui, le devoir de la justice « d'agir contre ceux qui commettent de manière organisée de tels crimes ».

En plus des huit arrestations, des procédures et avertissements ont été lancés à l'encontre de 21 autres personnes.

Dimanche, la télévision d'Etat a diffusé en direct une émission dans laquelle une mannequin, Elham Arab selon les médias, expliquait « volontairement » devant le procureur de Téhéran qu'elle regrettait ses actes, notamment la publication de ses photos non voilée sur les réseaux sociaux, et conseillait aux Iraniennes de ne pas commettre la même « erreur ». Elle a affirmé qu'elle gagnait jusqu'à l'équivalent de 3.300 dollars par mois alors que le salaire minimum en Iran est d'un peu plus de 200 dollars mensuels.

Depuis la Révolution islamique de 1979, le voile islamique est obligatoire en Iran pour toutes les femmes.

En mars, le porte-parole de l'autorité judiciaire avait annoncé l'arrestation de « huit mannequins, dont certaines libérées sous caution ». « Certaines d'entre elles sont accusées de charges lourdes, propagation de la prostitution et de la corruption », avait-il affirmé. Il n'a pas été précisé si ces huit arrestations correspondent à celles évoquées dimanche par Javad Babaie.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversMédias