JB Martin : les salariés inquiets devant l’allongement de la procédure

Le 11 octobre, le tribunal de commerce de Paris examinait le dossier JB Martin et son unique offre de reprise, formulée par la Compagnie Vosgienne de la Chaussure (CVC). Une nouvelle audience a été programmée au 25 octobre prochain, prolongeant l’attente des salariés. L’inquiétude grimpe, puisque la production des collections à venir est toujours en stand-by.


Collection automne-hiver 2017-18 - JB Martin

En redressement judiciaire depuis le 28 juin dernier, l’entreprise de souliers a suscité l’intérêt de la CVC, fabricant de chaussures passé sous pavillon allemand en 2016, après avoir appartenu au groupe Vivarte. « Selon le tribunal, il manque des éléments de financement à leur offre, qui se concentre sur la reprise d’un peu moins de la moitié des équipes », regrette Yannick Desneux, représentant du personnel de JB Martin, qui emploie près de 230 salariés au siège de Fougères et dans ses 35 points de vente.

D’autre part, un plan de continuation serait également envisagé par le tribunal. Une solution qui nécessite évidemment des garanties et engagements de la part du propriétaire actuel de JB Martin, le fonds Alter Finance.

Si l’agenda établi par le juge respecte évidemment les étapes d’une procédure classique, l’étirement du calendrier inquiète Yannick Desneux : « La situation est vraiment problématique, puisque nous effectuons un métier saisonnier, il faudrait que l’on ait déjà lancé la production de l’été 2018 si nous voulons poursuivre l’activité et assurer une continuité, or ce n’est pas le cas ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresBusiness