La mode espagnole gagne en dynamisme en 2017

Le secteur de la mode (habillement, lingerie, chaussures, accessoires et linge de maison) se stabilise en Espagne et connaît une croissance en valeur de 0,4 % en 2017, après une année 2016 qui avait vu le chiffre d’affaires du secteur baisser de 9 %, selon les chiffres de l’agence Kantar Worldpanel.


Les Espagnols ont dépensé en moyenne 594 euros en articles de mode. Concentrant 5,4 % des ventes, l'e-commerce est en croissance. - Reuters

Concrètement, cette légère hausse est due à des dépenses plus élevées dans l’habillement, principalement chez les plus de 45 ans. Les achats se sont concentrés sur la deuxième moitié de l’année, qui coïncide avec les remises du « Black Friday » et les soldes d’hiver.

Rosa Pilar López, experte de l’industrie textile et directrice de secteur de Kantar Worldpanel, s’est félicitée de cette reprise de la croissance dans l’habillement, après une année 2016 « funeste », marquée par une baisse des ventes de 9 %.

« En 2015, dans le secteur de la mode, on pensait que le pire était derrière nous et que la croissance allait repartir, mais l’incertitude et le manque de confiance des consommateurs dus à l’instabilité politique ont causé une année 2016 funeste, où le chiffre d’affaires a baissé de 9 %. Dans ce contexte, les résultats 2017 nous obligent à être prudents, mais optimistes, car le secteur a été capable de revenir à des comptes dans le positif », fait-elle remarquer.

Les articles textiles (lingerie et habillement), qui représentent 66 % des dépenses des Espagnols dans la mode, ont donc contribué à cette redynamisation du secteur, qui croît de 3,4 % en valeur et de 1,8 % en nombre d’articles achetés.

De leur côté, les dépenses en accessoires ont aussi augmenté de 5,3 %, tandis que les chaussures et le linge de maison, qui perdent respectivement 8,2 % et 3,4 %, restent dans le rouge.

Les plus jeunes réduisent encore leur budget mode

Le rapport montre que les dépenses sont remontées aussi bien dans la mode masculine que dans la mode féminine. Le profil adulte (plus de 45 ans) est toujours essentiel pour le secteur, tant pour la proportion du marché qu’il représente (environ 50 % du chiffre d’affaires) que pour son pouvoir d’achat plus important. Les plus jeunes, des millennials à la génération Z, ont cependant continué à réduire leur budget mode.

Concernant les habitudes d’achat, le secteur continue d’accuser un comportement plus occasionnel en 2017, ce qui impacte l’attrait des acheteurs et le trafic en boutique. Cependant, cette tendance est compensée par une hausse de la dépense moyenne par individu, qui atteint les 594 euros par acheteur, contre 584 en 2016. Ce niveau de dépense reste toutefois inférieur aux 639 euros par personne de 2015.

« Cela montre, de plus, que la reprise de la croissance des achats n’est pas liée à une promotion particulière. Les remises ont causé du tort au marché ces dernières années », précise Rosa Pilar López.

Les pièces concernées par une promotion ne représentent en effet que 45 % du total des achats, contre 55 % pour les produits non remisés.

Côté distribution, les chaînes et les grands magasins sont les canaux d’achat qui ont le plus contribué à la reprise de la consommation et concentrent plus de 50 % du marché.

L'e-commerce a également affiché une hausse en 2017 et représente 5,4 % des dépenses totales, alors que le canal multimarques continue à souffrir sur les 12 derniers mois, avec un repli de 2,7 % du chiffre d’affaires.

Traduit par Clémentine Martin

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresDenimLingerieBalnèaireTextileIndustrie