New York Fashion Week : Public School et les "Dreamers"

Apparemment, il y a une vie après LVMH et nul ne semble l'apprécier plus que Public School, qui a fait défiler un assemblage remarquable de streetstyle, de matériaux innovants et de coupes audacieuses dans un passage vétuste à Chinatown.


Voir le défilé
Public School - printemps-été 2018 - New York - © PixelFormula

 
L'invitation était un sac en plastique rose de supérette bon marché, le même matériau utilisé pour des T-shirts qui surgissaient de vêtements plus haut de gamme - un blouson de survêtement transformé en mini-robe de cocktail. Mais la matière principale était un tissu à carreaux très graphique, dont l'aspect brut ajoutait beaucoup à l'énergie de la collection - on le retrouvait sur des mini-débardeurs, des sacs banane et des robes à l'allure sportive. Une collection innovante aussi du point de vue de la coupe - des trenchs en nylon blanc translucide coupés comme des robes de cocktail, des sweatshirts transformés en mini-robes, avec des mélanges kaki-blanc et un nouveau logo, utilisé grâce à un partenariat avec Nike : la fameuse silhouette de Michael Jordan, bondissant au-dessus des initiales PSNY.

Le duo de designers, Dao-Yi Chow et Maxwell Osborne, a défilé sous un tonnerre d'applaudissements tout au long des 80 mètres du passage défraîchi. En décembre dernier, ils avaient quitté Donna Karan, où ils se partageaient la direction artistique, après que LVMH a vendu la maison à G-III. Ils ont réussi à rebondir avec la collection la plus audacieuse de leur carrière.

« Nous nous sommes inspirés du sac plastique. Les objets de tous les jours sont abandonnés et souvent négligés. De même que la contribution des immigrés est tout aussi négligée. Du plastique transparent, de la toile à carreaux et des sacs de buanderie chinoise. Nous avons revu les fonctions de beaucoup d'objets pour créer cette collection », explique Dao-Yi, qui porte une casquette de baseball brodée du slogan « DACA Dreamers », en soutien au jeunes immigrés désormais menacés d'expulsion par l'administration Trump.

Derrière lui, Maxwell Osborne désigne fièrement une boutique à proximité. « Le logo avec Michael Jordan est une collaboration avec Nike et le résultat est ce magasin éphémère. Il ouvre tout de suite ! » s'exclame-t-il, pointant son doigt vers une entrée en contreplaqué très abîmée, d'où pendent des T-shirts blancs imprimés du message « Canal Arcade » pour célébrer la collection. Avant même le début du défilé, plus de 200 jeunes fans de la marque attendaient patiemment l'ouverture de la boutique.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés