Paris Fashion Week : Karl aux commandes de la fusée Chanel

On ne peut pas enlever à Karl Lagerfeld son sens du timing. Notamment cette saison, où il est parvenu à mettre Chanel en orbite, alors même que la France salue Thomas Pesquet, le fringant spationaute hexagonal actuellement à bord de la Station spatiale internationale, qui a entre autres pour mission de mener une cinquantaine d'expériences scientifiques. 
Chanel - automne-hiver 2017 - femme - Paris - Pixelformula

Mise en scène au Grand Palais, la version Chanel de la mission Apollo semble avoir bien quitté la terre ferme lors de son final, les boosters d'envol ayant bel et bien fait décoller la fusée de 30 mètres de haut, avant que celle-ci ne se rétracte et disparaisse.

« C'est l'esprit du temps. Chanel rejoint un Français dans l'espace. D'ailleurs, c'est forcément mieux que ce que nous vivons en bas », a ainsi déclaré Karl Lagerfeld en plaisantant à FashionNetwork.com, avant de poser avec Pharrell Williams, qui a lundi soir été fait officier de l'Ordre des arts et des lettres. 
 
Chanel - automne-hiver 2017 - femme - Paris - Pixelformula

Un résultat éblouissant pour Chanel, alors que Karl Lagerfeld injectait une dose d'avance technologique, très tendance, dans de nombreux classiques de la maison.

Depuis le légendaire tailleur à quatre poches réimaginé dans une laine anthracite brillante façon nuit étoilée, jusqu'aux élégantes robes cocktail de super-héroïnes complétées de mini-capes, en passant par des fourreaux de combattantes intergalactiques couleur noir charbon aux volants blancs – tout comme le style Catherine de Medicis cher à Coco.

Cela dit, ce sont les magnifiques robes de mousseline noire couvertes d'illustrations argentées d'astronautes, qui termineront sans aucun doute en illustration dans les magazines de mode.


Chanel - automne-hiver 2017 - femme - Paris - Pixelformula

Au son de « Radioaktivität » du groupe de musique électronique Kraftwerk, les modèles sont sortis d'une grande cabine d'atterrissage blanche digne de Buckminster Fuller, chacune des filles portant un astucieux accessoire futuriste, comme des bottes argent mouchetées au bout de cuir noir verni, qui seront à coup sûr un énorme succès commercial, ou encore d'imposants sacs à dos en cuir matelassé ornés de gros logos.

Comme toujours, Karl Lagerfeld ne se défait pas de son sens de l'humour. Il a même envoyé sur le podium des sacs à main Flash Gordon – en fait, de mini-vaisseaux spatiaux très rétros avec des chaînes en argent – ainsi que ses propres gants – des mitaines argentées ornées du logo en double C.

« Il ne s'agit pas du futurisme à l'ancienne comme chez Courrèges, mais du futurisme actuel de Chanel », a d'ailleurs précisé Karl Lagerfeld, lui-même vêtu d'une veste argent, après avoir salué le public, main dans la main avec son filleul, Hudson Kroenig.



Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés