Pitti Uomo 92 accuse une baisse du visitorat

Le Pitti Uomo affiche sa satisfaction en dépit d’un visitorat en baisse. Dans le sillage de l’édition de janvier, le salon de la mode masculine, qui s'est tenu du 13 au 16 juin à Florence, enregistre un recul de 7,3 % du nombre d’acheteurs. Ils ont été un peu plus de 19 000 à s’être rendus à cette 92ème édition dédiée aux collections du printemps-été contre 20 500 en juin 2016, alors que dans l’ensemble, plus de 30 000 visiteurs ont été comptabilisés, selon le bilan de clôture.

Pitti Uomo 92 a attiré plus de 30 000 visiteurs - Pitti Immagine

« Nous avons beaucoup souffert de la grève des transports, qui a notamment pénalisé les acheteurs italiens. Mais cette édition reste l’une des meilleures dans l’absolu. Très réussie au sein de l’enceinte Fortezza da Basso, tout comme au niveau des événements organisés à l’extérieur », confie à FashionNetwork.com le patron du salon, Raffaello Napoleone.

Le nombre des acheteurs italiens s'est réduit de 8-9 %. Il faut dire que la session estivale de 2016 avait marqué un record sur les dix dernières années avec une hausse de 3 % des Italiens, avec 12 100 présences, et de 2,4 % des acheteurs étrangers, dont le nombre total s’était élevé à 8 400. Ces derniers sont aujourd’hui près de 8 000. Ils étaient 6 000 en 2009.

L’Europe reste le débouché phare pour le menswear. Parmi les 20 premières positions en termes de présence absolue arrive en tête l’Allemagne, suivie par le Japon, l’Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Chine, la France, la Suisse, la Turquie, les États-Unis, la Corée du Sud, la Belgique, l'Autriche, le Portugal, la Russie, la Suède, la Grèce, le Danemark, la Pologne et le Canada.

Sont à mettre en avant « les résultats positifs du Japon, Espagne, États-Unis, Corée du Sud, Russie, Europe de l'Est et du Nord, Australie et Canada, face à la stabilité substantielle de la France, Turquie et Pays-Bas, et un certain recul chinois, anglais et allemand », soulignent les organisateurs dans leur communiqué.

Ces résultats reflètent assez bien l'actuel contexte économique avec des acheteurs chinois instables, la reprise de la Russie ou encore des Anglais aux prises avec le Brexit. Mais ils racontent aussi les changements en acte dans la mode et la distribution avec la montée en force des e-shops multimarques par rapport aux petites boutiques traditionnelles. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversSalons