Rome veut redonner du lustre à sa semaine de la couture

Finis les défilés clinquants de Piazza di Spagna, où s’illustraient les dernières maisons de couture de la capitale. La 29ème édition de AltaRoma, qui s’est tenue à Rome du 8 au 11 juillet, a marqué un nouveau chapitre pour cette manifestation avec un format complètement rénové, faisant la part belle aux jeunes talents et au savoir-faire italien.

Héritière de la famille Fendi et directrice artistique des accessoires femme et des lignes homme et enfant de la célèbre Maison romaine, Silvia Venturini Fendi est aussi la présidente depuis six ans du conseil d’administration de AltaRoma, la société publique créée par la mairie de Rome, la région du Latium, ainsi que par la chambre de commerce pour promouvoir la couture romaine et les designers émergents. Elle raconte à FashionMag la révolution de AltaRoma.

Silvia Venturini Fendi - ITS 2016 GG

FashionMag : Comment s’est transformée AltaRoma ?

Silvia Venturini Fendi :
Tout d’abord, la manifestation ne s’appelle plus Alta Roma Alta Moda comme par le passé, mais simplement AltaRoma. Les Maisons de couture romaines historiques ont presque toutes disparu. Celles qui sont restées sont peu nombreuses et beaucoup ne défilent plus. C’est pourquoi nous avons préféré nous orienter vers une « néo-couture » pour jeunes mettant en valeur le savoir-faire italien. Nous avons aussi changé de lieu en nous installant dans les espaces très spacieux et fonctionnels de l’Ex Dogana.

FM : Comment s’organise cette nouvelle semaine de la mode à Rome ?

SVF :
AltaRoma se déroule sur trois jours avec une dizaine de défilés, plusieurs présentations ainsi que des événements spéciaux, telles des visites dans des ateliers de couture ou des expositions. En juillet, nous avons invité par exemple, un créateur libanais. L’idée, c’est de donner à voir et à toucher notre formidable patrimoine artisanal. Nous voulons donner une plus grande visibilité à notre savoir-faire auprès des acheteurs, mais aussi des grandes Maisons internationales.

FM : Vous avez obtenu aussi l’appui du gouvernement ?

SVF :
 AltaRoma s’inscrit dans un projet commun avec Pitti Immagine et la Camera Nazionale della Moda Italiana. Le ministère du Développement économique et l’ICE, l’agence de promotion pour nos PME à l’étranger, nous ont donné leur soutien pour que Rome se transforme en une plate-forme pour jeunes talents.

FM : Mais il y a déjà de nombreuses initiatives comme à Milan et Florence pour les jeunes designers…

SVF :
 Disons que Rome doit servir de vivier et permettre aux plus jeunes de faire une expérience avant d’arriver à Milan. L’idée est aussi de rapprocher les jeunes de manière générale du secteur de la couture. D’un côté, nous faisons découvrir de nouveaux talents, et de l’autre, nous apportons notre soutien aux ateliers romains. Depuis 12 ans, notamment, nous organisons avec Vogue Italie, le concours pour prêt-à-porter et accessoires Who is On Next ?, d’où sont sortis la plupart des nouveaux noms du Made in Italy.

Les collections présentées à AltaRoma en juillet - altaroma.it

FM : A propos de Fendi, appréhendez-vous le départ de Karl Lagerfeld ?

SVF : Fendi, c'est une très belle histoire de famille composée de nombreuses femmes et d’un homme, Karl. Le remplacer après 50 ans de collaboration, je ne veux même pas y songer ! A la tête de nos collections de prêt-à-porter féminin, il a apporté une vision parfaite, accompagnant Fendi vers le futur, mais aussi tout le secteur de la fourrure.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés