Textile : Lectra met le cap sur l'industrie 4.0

Le spécialiste des solutions pour l’industrie des matériaux souples dévoile sa stratégie 2017-19 qui, via l’investissement de 10 % du chiffre d’affaires dans le R&D, mettra en place une offre industrielle 4.0.

Lectra

Une stratégie qui s’inscrit dans plusieurs évolutions sociétales du secteur, de l’émergence des Millenials à la digitalisation des entreprises, en passant par la mutation de l’économie chinoise. La quatrième grande évolution étant, pour Lectra, cette industrie 4.0, qui entre logiciels et outils connectés, offre une adaptation immédiate de chaque projet à tous les niveaux de la chaînes de production. Une nouvelle génération d'outils dans le cadre de laquelle l’entreprise a commencé à développer une offre compatible depuis 2015.
 
« Le coût de la main d'œuvre ne sera plus le moteur de l’industrie »

« En 2007, on lançait Vector, la première solution connectée. A l’époque, personne ne comprenait ce qu’on faisait, se souvient le directeur général, Daniel Harari. Cette nouvelle offre doit permettre d’optimiser davantage la découpe de la matière, de réorganiser automatiquement la production en temps réel sur plusieurs lignes de coupes connectées, de s'adapter automatiquement à chaque évolution créative… »
 
Ainsi, en 2017, Lectra va mener le test de ces nouvelles offres auprès de clients pilotes. Avant un déploiement progressif de l’offre à compter de 2018, via de nouvelles machines ou mises à jour de machines connectées antérieures compatibles. Et un enrichissement de l’offre est d’ores et déjà annoncé pour l’exercice 2019. Une stratégie qui s’inscrit dans un vaste basculement de l’industrie dans la dématérialisation via le cloud.
 
Lectra

« Je pense que le gros changement se fait sur les logiciels : la donnée prend le pas sur la fonction, précise Daniel Harari. Ce qui arrive aujourd’hui, ce sont des infos déstructurées. Tous les métiers qui prennent aujourd’hui de l’importance tournent autour de l’analyse des données. C’est un nouveau métier, pour une industrie qui évolue. »
 
Mais pour le dirigeant de la société, cette nouvelle étape dans la stratégie de l’entreprise correspond également à un changement des contours du sourcing textile dans son ensemble. « Il n'y aura plus de production à bas coût comme il y a en a eu ces dernières années, appuie ainsi le PDG. Quand la Chine est devenue l'usine du monde, tout le monde y est allé pour avoir des prix bas. Aujourd’hui, aucun pays ne peut compenser la Chine (désormais plus chère et tournée vers le marché domestique, ndlr). Le coût de la main d'œuvre ne sera plus le moteur de l’industrie. Et c’est l'usine 4.0, qui repose sur la performance et la capacité de gestion des usines, qui va changer la donne. »



Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

TextileIndustrie