Textiles chinois : deux ans de prévisibilité, selon un commissaire européen

STRASBOURG, 29 sept 2005 (AFP) - Le commissaire européen à la Fiscalité Laszlo Kovacs a estimé jeudi à Strasbourg qu'en matière d'importation chinoise de produits textiles l'UE dispose de "deux ans de prévisibilité", sans totalement convaincre les eurodéputés.


Commerçante dans la rue de la soie (Silk Street) à Beijing en Chine Photo : AFP

"Nous avons deux ans de prévisibilité, il faut utiliser ce temps à bon escient", a-t-il déclaré devant les parlementaires.

"Les difficultés liées à la phase de transition ne devraient plus se reproduire grâce a un système de monitoring et la commission prendra les mesures nécessaires s'il y avait des problèmes pour le respect du protocole", a-t-il ajouté.

Le protocole d'accord passé en juin avec Pékin, qui rétablit jusqu'à fin 2007 des limitations quantitatives aux importations de certains produits textiles chinois, "donne un peu d'air à l'industrie européenne qui pourra prévoir et s'adapter", a-t-il expliqué.

Cependant, sa mise en oeuvre a été chaotique, les délais d'application conduisant au blocage dans les ports européens de dizaines de millions de pièces commandées par les importateurs mais dépourvues de licences d'importation. Ces produits ont été débloqués mi-septembre, à l'issue d'un nouveau marchandage entre Bruxelles et Pékin.

Par ailleurs, la Commission européenne veut "créer un meilleur environnement en améliorant l'accès aux marchés dans les pays tiers, en luttant contre la fraude, la contrefaçon et les actes de piraterie", a précisé M. Kovacs.

Les représentants des groupes parlementaires ont tous dénoncé des fermetures d'entreprises de textile dans leur région et les centaines de milliers de pertes d'emploi déjà perdus ou qui pourraient l'être.

Intervenant pour le groupe du PPE (Parti populaire européen-droite), l'eurodéputée française Tokia Saïfi (UMP) a demandé que lors de la conférence ministérielle de l'OMC à Hong-Kong en décembre, l'UE "défende les droits de propriété industrielle" et "fasse en sorte que les normes sociales et environnementales soient appliquées par tous".

Pour le groupe socialiste, l'eurodéputée allemande Erika Mann a plaidé, comme d'autres orateurs, pour "un label européen visible sur les produits".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

TextileIndustrie