Twitter Chine : une démission qui interpelle sur l'avenir des réseaux sociaux dans le pays

Kathy Chen, recrutée il y a à peine huit mois par Twitter pour diriger ses activités en Chine, a démissionné, selon un tweet envoyé par cette dernière pendant le week-end. Twitter est bloqué en Chine depuis 2009, mais est toujours utilisé à travers les réseaux privés virtuels ou VPN.
Kathy Chen - Twitter/ Kathy Chen

Dans le pays, la plate-forme de microblogging Sina Weibo et l'application de messagerie WeChat, de Tencent, sont les outils les plus utilisés. Mais les organisations chinoises, y compris l'agence de presse officielle Xinhua, utilisent Twitter pour s'adresser à leur audience à l'étranger.

Kathy Chen, qui a notamment officié chez Microsoft et Cisco, s'était vue confier la mission d'attirer un plus grand nombre d'annonceurs chinois sur Twitter. « Maintenant que l'équipe Asie-Pacifique de Twitter travaille directement avec les annonceurs chinois, c'est le moment pour moi de quitter l'entreprise », a-t-elle donc écrit.

Twitter a fait croître sa base d'annonceurs en Chine à hauteur de 400 % au cours des deux dernières années, a-t-elle ajouté, faisant du pays le marché à plus forte croissance de la zone Asie-Pacifique. Parmi les principaux annonceurs chinois, on notera le fabricant de téléphones portables Xiaomi, le groupe de commerce en ligne Alibaba, le fabricant de biens électroménagers Qingdao Haier, ainsi qu'Air China.

« Nous restons engagés sur ce marché », a ajouté Kathy Chen, ajoutant que le bureau de Hong Kong resterait ouvert. Twitter a confirmé cette information, tout en refusant de fournir plus de détails concernant le départ de Kathy Chen.

Le départ de cette dernière intervient alors que la Chine a fait part de son intention de mieux contrôler Internet. Le pays a notamment accusé les médias sociaux de propager de fausses nouvelles ainsi que le cyberterrorisme, envoyant ainsi des signaux clairs aux entreprises occidentales qui s'intéressent au marché chinois.

« Quand l'économie chinoise allait vraiment mal, ils ont incité les entreprises technologiques à se faire des illusions concernant ce qu'elles allaient être autorisées à faire dans le pays », selon Mark Natkin, directeur général du cabinet Marbridge Consulting, basé à Pékin. « Il y a de plus en plus d'entreprises qui commencent à remettre en question la valeur des investissements qu'elle ont mis en œuvre là-bas. »

Twitter, populaire mais déficitaire, a déménagé ses activités publicitaires et de support chinoises vers son siège régional à Singapour. Par ailleurs, Twitter a entamé une importance restructuration au niveau global et a annoncé au mois de novembre une réduction de 9 % de ses effectifs afin de mieux maîtriser ses coûts. Parminder Singh, directeur général pour l'Inde, l'Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient, a pour sa part quitté l'entreprise en novembre dernier.

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresSportDenimLingerieBalnèaireLunettesLuxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresHorlogerieJoaillerieParfumsCosmétiquesEsthétismeBien-êtreCoiffureDécorationArt de la tableHôtellerieRestaurationTourismeMédias