USA et Chine entament un nouveau round de négociations à Washington

WASHINGTON, 26 sept 2005 (AFP) - Les Etats-Unis et la Chine ont entamé lundi matin à Washington une nouvelle réunion pour tenter de trouver une solution négociée aux importations massives de produits textiles chinois, a annoncé un porte-parole du représentant américain au Commerce.


Lu Jianhua et David Spooner lundi 26 septembre 2005 à Washington
Photo : Andrew Council

La réunion, qui doit durer deux jours, a débuté à 09H00 locales, a précisé le porte-parole.

Plusieurs réunions bilatérales se sont déjà tenues, sans résultat, ces dernières semaines, alternativement aux Etats-Unis et en Chine.

La délégation américaine est dirigée par le "Monsieur textile" des services du représentant américain au Commerce, David Spooner, comme ce fut déjà le cas lors des négociations qui se sont tenues à San Francisco à la mi-août et à Pékin fin août-début septembre.

La délégation chinoise de son côté est menée par Lu Jianhua, directeur général du ministère chinois du Commerce extérieur.

Washington s'est réservé le droit d'imposer unilatéralement des quotas sur les textiles et vêtements chinois, en l'absence d'un compromis réduisant le flot des importations provoqué par la fin du régime général des quotas le 1er janvier.

Jeudi, une coalition de producteurs a officiellement déposé une demande pour la prolongation des mesures de sauvegarde, imposées sur 16 catégories de vêtements chinois, dont les importations ont inondé le marché américain au début de l'année.

Les industriels américains réclament un accord limitant la hausse des exportations à 7,5% sur de nombreuses catégories de produits jusqu'en 2008.

Quelque 400.000 emplois dans le secteur du textile et des vêtements --soit 38% du total-- ont été supprimés depuis 2001, principalement à cause du flot d'importations à bas prix venues de Chine, selon des représentants de l'industrie textile américaine.

Selon la coalition AMTAC (American Manufacturing Trade Action Coalition), qui défend les intérêts de l'industrie américaine, le gouvernement chinois subventionne fortement le secteur des textiles.

Il favorise notamment l'octroi de crédits non performants par les banques d'Etat qui ne sont en fait jamais remboursés, ou encore la manipulation de sa monnaie, dont les taux de change ne sont pas assez flexibles aux yeux des Américains, et constituent un avantage déloyal par rapport à leurs propres exportateurs.

Le président de la Banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, a affirmé dans une interview publiée samedi que le taux de change du yuan n'avait pas à "être le reflet de la balance commerciale avec les Etats-Unis".

La veille, la Chine avait élargi à 3% la marge de fluctuation des monnaies autres que le dollar par rapport au yuan. La marge de fluctuation par rapport au billet vert reste inchangée à 0,3%.

Pékin avait abandonné en juillet son taux de change quasi-fixe entre yuan et dollar, après des mois de pression de Washington mais aussi des Européens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

TextileIndustrie