A New York, des "défilés verts" concurrencent la "Fashion Week"

NEW YORK, 12 fév 2010 (AFP) -Robes de bal en papier journal, sandales en plastique recyclé et manteaux "en laine de mouton heureux": une dizaine de créateurs écologistes vont montrer leurs collections à la deuxième édition des "Défilés verts" à New York.


Le Vert, avec des vêtements recyclés ou des matières recyclables, fait son apparition à la semaine de la mode à New York: Samantha Pleet dans son magasin

L'événement se tient en même temps que la semaine de la mode Automne-Hiver 2010 qui s'est ouverte jeudi en présence d'une centaine de stylistes parmi lesquels les habituelles vedettes, de Diane von Furstenberg à Ralph Lauren en passant par Marc Jacobs, Georges Chakra, Catherine Malandrino ou Isaac Mizrahi.

Lancée en septembre dernier, la "GreenShows Eco Fashion Week" se déroule pendant quatre jours, à partir de dimanche, dans un immeuble de l'East Village (sud-est de Manhattan) ayant reçu la certification "LEED", un label d'excellence environnementale en matière d'architecture et d'urbanisme.

La marque de produits cosmétiques naturels Weleda est co-organisatrice de l'événement, et des démonstrations de maquillage et coiffure sont organisées en marge des défilés.

Installée dans un atelier collectif, Samantha Pleet, 28 ans, une des créatrices au programme, met la dernière main à sa collection, qui se compose de 35 pièces et sera présentée mardi prochain.

"Vous voyez cette saharienne qui a l'air en papier kraft craquelé ? Eh bien c'est de la soie chinoise, ensevelie sous la boue pendant deux mois puis teinte à la patate douce", explique avec conviction cette jeune styliste diplômée de l'Institut Pratt. Elle exhibe une parka de couleur marron clair et mate, qui a effectivement l'air en papier.

"C'est une méthode traditionnelle chinoise", ajoute-t-elle.

Sur le portant sont alignés une robe bustier en micro-fibre de polyester recyclée, qui ressemble à du daim, une blouse de soie teinte à base de citrouille et fruits rouges, des capes en flanelle dont la doublure est "en laine de mouton heureux".

"Cette laine vient du Vermont (nord-est), aucun produit chimique n'est utilisé et les moutons vivent en liberté, heureux", insiste Samantha Pleets.

"Je crois que nous pouvons contribuer à une révolution éthique dans le monde de la mode", déclare le créateur britannique Gary Harvey, qui va présenter sa collection de vêtements recyclés à New York et avait fait sensation à Londres avec une robe-tutu dont le tulle était constitué de 30 exemplaires du "Financial Times".

A la boutique Kaight dans Chinatown, Kate McGregor vend les modèles de plusieurs des créateurs qui vont défiler à New York. Mais aussi des chaussures signées Vivienne Westwood, que la célèbre styliste britannique a fait réaliser au Brésil dans l'usine Melissa, spécialiste mondial du Mel-flex, un plastique flexible et recyclable.

"Dans cette usine, tous les déchets et les vieux stocks sont réutilisés", souligne-t-elle. Aucun produit d'origine animale n'est utilisé et les employés sont traités avec respect et payés correctement, indique le site de Melissa, qui vient également de signer un contrat avec le Français Jean-Paul Gaultier.

"Je ne m'attendais pas à un tel succès", reconnait Eric Dorfman, organisateur des "GreenShows". "J'ai vu qu'il y avait de plus en plus de marques +vertes+ et j'ai pensé les regrouper dans des défilés spécifiques, faire une +semaine de la mode écologique+", ajoute-t-il.

"L'écologie est plus qu'un type de fabrication, c'est aussi une philosophie du commerce équitable, de salaires équitables, une prise de conscience de la nécessité de changer de style de vie", poursuit-il.

Par Paola MESSANA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER