×
117
Fashion Jobs

Abou d’Abi Bazar devient l'Egoïste rue des Francs-Bourgeois à Paris

Publié le
today 18 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

C’est un tournant pour l'enseigne multimarque Abou d’Abi Bazar. Fondée par Patrick Aboukrat au milieu des années 90, cette dernière, jusque-là dédié à la femme et aux marques contemporaines, change de positionnement et se relance en accueillant le label masculin L’Egoïste au sein de son espace du 59 de la rue des Francs-Bourgeois.
 

La boutique L'Egoïste, rue des Francs Bourgeois - DR


"Le marché du prêt-à-porter féminin est arrivé au bout, explique Patrick Aboukrat, entre les périodes de remises, le Black Friday, le ventes privées et les soldes, les détaillants ne s’en sortent plus, et je crois bien avoir fait le tour."
 
Concrètement, si les deux autres adresses parisiennes d’Abou d’Abi Bazar continueront à vendre leurs marques pour l’été prochain, l’espace du centre Marais est quant à lui transformé en boutique masculine L’Egoïste, au décor rétro avec vespa, vieilles machines à écrire et valises en cuir vintage.

"C’est d’abord la rencontre intelligente entre un détaillant et un fabricant, Stéphane Gaffino, au salon Capsule, une rencontre entre une boutique qui cherchait la bonne idée pour se renouveler et une marque qui plaît, ajoute Patrick Aboukrat, un partenariat 'gagnant-gagnant' qui a commencé avec un pop-up store il y a deux ans, et qui fait naître aujourd’hui un espace entièrement dédié à la marque destiné à être la tête de pont de L’Egoïste."
 
Positionnée haut de gamme accessible, la griffe masculine, dont l’offre a considérablement évolué depuis deux ans (autour de 120-150 références) s’installe donc sur un espace d’une centaine de mètres carrés, un showroom commercial prenant également place à l’étage.
 
Marquée workwear et « new-retro », la griffe L’Egoïste a été lancée il y a sept ans. Son créateur Stéphane Gaffino, détaillant à l’origine des premières boutiques Napapijri, Gant et Hackett, formé chez Façonnable, se dit "fatigué de voir la qualité baisser" de manière générale. "J'ai décidé de proposer un vestiaire masculin à l’accent sportswear et workwear chic, rétro et vintage, fabriqué en Europe, réalisé dans les belles matières et excluant le noir. "


L'univers L'Egoïste - DR


Déjà à la tête de dix boutiques en propre - de Biarritz à Megève en passant par Lyon ou le quartier Saint-Germain à Paris, Deauville, Toulouse et Marseille -, L’Egoïste ne pratique pas les soldes et propose dans certaines de ses boutiques un service tailoring pour réaliser des pièces sur-mesure. Outre le prêt-à-porter, L’Egoïste présente une ligne d’accessoires avec bretelles, casquettes, chaussettes, caleçons et chaussures, dont un modèle de running à glands, mix entre la sneaker et le mocassin. "Un vestiaire qui plaît à tous les hommes, de l’étudiant au notaire en passant par le biker ou le grand-père", détaille Stéphane Gaffino. 
 
A noter que la marque offre à ses clients la possibilité de ramener leur jean en fin de vie, la boutique offrant une réduction de 50 euros sur l’achat du même modèle, le jean usé étant réparé et reproposé à la vente ultérieurement. D’autres modèles upcyclés sont aussi proposés à la vente, dont une ligne de gilets aux intérieurs en bandanas ou réalisés à partir de toiles américaines militaires. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com