×
Par
AFP
Publié le
6 août 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Adidas plombé par les restrictions anti-Covid en Chine

Par
AFP
Publié le
6 août 2022

© 2022 AFP - L'équipementier Adidas voit dans les restrictions sanitaires en Chine "le plus grand défi" dans ce pays capital pour ses activités et attend de voir si la visite de Nancy Pelosi à Taïwan va détourner les consommateurs de sa marque.


Page d'accueil du site internet d'Adidas, le 5 août 2022 - Adidas


"A nos yeux, le plus grand défi que nous ayons actuellement en Chine est le confinement lié au Covid-19", a expliqué jeudi le patron de la marque aux trois bandes, Kaspar Rorsted, lors d'une conférence téléphonique. "Nous constatons toujours un comportement de consommation très prudent avec le risque imminent de nouveaux confinements" dans le pays, a-t-il expliqué.

Après un premier semestre catastrophique dans l'Empire du milieu où les ventes d'Adidas ont chuté de 35% sur un an en monnaie locale, le mois de juillet a encore marqué le coup avec un recul de 21% dans les magasins détenus en propres et une tendance similaire chez les franchisés, a poursuivi le dirigeant.

En cause, le fait qu'environ 80 villes en Chine "sont au moins partiellement touchées par les confinements", a détaillé Kaspar Rorsted.

La Chine applique une stricte politique sanitaire à l'égard du Covid-19, avec des dépistages très réguliers pour la population, des quarantaines obligatoires pour les personnes testées positives ou encore des confinements dès l'apparition de cas.

-Effet Pelosi-



Les problèmes rencontrés en Chine sont aussi le fruit d'une "très grande exposition" dans ce pays où Adidas réalise "3 milliards d'euros de ventes" sur un an, a ajouté le dirigeant.

Compte tenu de l'importance prise par le marché chinois -- près de 16% des ventes totales au premier semestre 2022 contre à peine 10% il y a 10 ans -- le groupe a abaissé dès fin juillet ses prévisions annuelles globales. Il ne table plus que sur une croissance de 5 à 10% de ses ventes mondiales, tirées par les Etats-Unis et l'Europe, contre une fourchette de 11 à 13% auparavant.

L'urgence va à la "liquidation des stocks excédentaires sur le marché (chinois) au cours du second semestre de l'année", selon Kaspar Rorsted. En revanche, "il est trop tôt pour dire si l'augmentation actuelle des tensions entre l'Ouest et l'Est en raison de la visite de (Nancy) Pelosi à Taïwan aura un impact sur le consommateur" chinois, a estimé le patron danois.

L'armée chinoise entame jeudi les plus importantes manoeuvres militaires de son histoire autour de Taïwan, une réponse musclée à la visite de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi sur l'île, qui est partie mercredi après y être restée moins de 24 heures.

Adidas reste "optimiste" quant à l'image de sa marque et les "perspectives de croissance à long terme" en Chine, a assuré Kaspar Rorsted.

La marque aux trois bandes a déjà du subir en 2021 un boycott par des consommateurs locaux après que l'allemand s'est engagé en 2020, avec d'autres marques, à ne pas acheter de coton du Xinjiang sur fond d'allégations de travail forcé de Ouïghours.

L'équipementier a confirmé jeudi voir dégagé un bénéfice net de 360 millions d'euros au deuxième trimestre, en retrait de 7% sur un an, comme annoncé de manière préliminaire fin juillet. Le résultat devrait atteindre environ 1,3 milliard d'euros sur l'année, contre une fourchette entre 1,8 milliard et 1,9 milliard d'euros prévue initialement.

Francfort, 4 août 2022 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.