×
Publié le
3 sept. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Agostino Poletto (Pitti Immagine): "Grâce aux algorithmes, nous proposons des parcours personnalisés aux acheteurs"

Publié le
3 sept. 2020

L’organisateur italien de salons Pitti Immagine a lancé le 16 juillet sa nouvelle plateforme Pitti Connect, qui accueille en version digitale et au même moment les sessions estivales de ses trois principales manifestations florentines (Pitti Uomo, Bimbo et Filati) jusqu’à fin octobre. Son directeur général Agostino Poletto livre à FashionNetwork.com les premiers chiffres sur la fréquentation du site. Il nous explique notamment les particularités de cette plateforme, qui offre aux acheteurs et aux exposants un service de profilage inédit, jetant les bases selon lui des futurs salons, entre réalités physique et virtuelle.


Agostino Poletto - Pitti Immagine


FashionNetwork.com : Quel est le bilan de Pitti Connect à mi-parcours?

Agostino Poletto
 : Nous sommes très satisfaits. Avec ce site, nous avons pu mettre ensemble nos trois rendez-vous du Pitti Uomo, Bimbo et Filati, avec 501 exposants. Cela n’aurait jamais été possible dans la réalité et nous permet de montrer l'esprit de nos salons, notre lifestyle. Alors que nous avons encore plus d’un mois devant nous, nous avons dénombré jusqu’ici 70.000 visiteurs, qui ont vu près de 700.000 pages lors de plus de 150.000 visites. Le plus intéressant, c’est que le temps de connexion des acheteurs sur Pitti Connect a doublé par rapport à notre précédente version de salon virtuel e-Pitti, la durée moyenne des visites passant d'une à deux minutes et demi, tandis que le nombre de pages vues a bondi de 30%.

FNW : Quelles conclusions tirez-vous de ces premières données?

AP :
D’une manière générale, les utilisateurs de Pitti Connect restent plus longtemps et consultent plus de pages qu’auparavant. Cela signifie qu’ils trouvent de l’intérêt à venir sur notre plateforme et que nous sommes parvenus à toucher les bons utilisateurs. Par rapport à e-Pitti, la présence des acheteurs VIP est beaucoup plus forte.
 
FNW : Quels sont vos atouts?

AP :
Pitti Connect a une dimension de continuité, que l’on ne trouve pas ailleurs. Notre plateforme reste active plus de trois mois, avec de nouveaux contenus enrichissant en continu notre site. Nous sommes plus qu’un simple catalogue! Nous offrons de nombreux contenus éditoriaux qui ont généré du trafic. Les projets spéciaux, comme celui de Brunello Cucinelli, ont attiré d’innombrables visites, tout comme nos interviews d'acheteurs. Celle réalisée avec le Japonais Hirofumi Kurino, cofondateur de United Arrows, a comptabilisé plus de 6.000 vues!
 
FNW : Vos autres points forts?

AP :
Tout d’abord notre valeur éditoriale. Nos échanges permanents avec la communauté des acheteurs et des exposants, nos connaissances et notre expertise nous donnent une autorité certaine sur le marché de la mode, en particulier du masculin. Les personnes viennent sur notre site pour voir des produits, mais aussi pour avoir un avis. Nous leur livrons une vision du futur, des tendances.

L’autre atout est le profilage. Nous parvenons à cerner de plus en plus précisément le profil des acheteurs, avec des fiches très détaillées de leur enseigne, et pouvons ainsi leur signaler les marques les plus susceptibles de les intéresser. Grâce aux algorithmes et à l’intelligence artificielle, ainsi qu’aux données que nous emmagasinons depuis des années, nous sommes en mesure de proposer des parcours personnalisés à chaque acheteur. La base de données est devenue le véritable patrimoine de Pitti Immagine. D’où notre choix d’une gestion complètement interne du digital.


La tendance minimaliste détectée par Pitti Connect pour l'été 2021 - Pitti Immagine


FNW : Quels sont les avantages concrets pour exposants et acheteurs?

AP :
Les exposants nous demandent des acheteurs toujours plus qualifiés, et non qu’ils soient plus nombreux. De leur côté, les acheteurs ont besoin d’un maximum d’informations en amont pour préparer leur visite au salon physique. Ils sont terrorisés à l’idée de rater un truc important. Nous pouvons les aider en leur organisant des parcours précis. C’est cela qui fait la différence entre nous et les autres marketplaces. Le digital aura toujours plus d’importance, mais il restera uni au salon physique.
 
FNW : Vous ne croyez pas au "tout digital"?

AP :
Le salon virtuel a sa force, mais il ne remplacera pas celui physique. Le digital peut donner une série d’informations importantes, comme je l’ai dit. Mais il n’est certainement pas une solution définitive. Dans la dimension numérique, il y a une propension à regarder ce que l’on connaît déjà, alors qu’un salon physique permet de découvrir de nouveaux produits. La recherche y est favorisée. Tout ce qui se passe dans la réalité, comme les rencontres imprévues, les sensations, les échanges, ce qui advient en parallèle, etc. n’existe pas sur le web.
 
FNW : Quelles sont les principales nationalités qui ont fréquenté Pitti Connect jusqu’ici?

AP :
Il s’agit en majorité d’acheteurs italiens, à 60%, suivis par 40% d’internationaux, notamment des Américains, Anglais, Allemands et Japonais.

FNW : Vos exposants ont-il concrétisé des commandes sur votre site?

AP :
Dans le détail, je ne sais pas. Mais je crois que la tendance a été surtout une prise de contact avec l’entreprise, plus que de passer des commandes. C’est inévitable. Même Amazon à ses débuts vendait peu.
 
FNW : Votre modèle de salons virtuels semble séduire d’autres opérateurs?

AP :
Effectivement, nous avons déjà effectué une collaboration avec le salon textile Milano Unica, qui se tient les 8 et 9 septembre, et va lancer dans la foulée sa version digitale e-Milano Unica Connect, qui restera active jusqu’en février. D’autres organismes ont manifesté leur intérêt. Et pas seulement dans le domaine de la mode, mais aussi celui du design, de la céramique ou encore de l’industrie automobile. Nous avons déjà eu quelques rencontres. Cette expertise digitale nous permet une diversification par rapport à nos services habituels.
 
FNW : Comment voyez-vous cette rentrée?

AP :
L’incertitude demeure. Le mois de septembre sera encore largement consacré aux campagnes de vente. Nous sommes face à une saison un peu spéciale, car en juin les entreprises n’étaient pas toutes prêtes avec leur collection. Par ailleurs, la situation est très disparate entre les différents acteurs du marché.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com