×
126
Fashion Jobs
CLINIQUE
Clinique Counter Consultant 80% Globus Zürich
CDI · Zürich
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Product Manager Global Licenses/Fragrances (f/m/d)
CDI · Zug
SIDLER SA
Senior Sales Associate / Top Luxury Brand / Zürich
CDI · ZURIGO
SIDLER SA
Senior Sales Associate / Top Luxury Brand / Geneva
CDI · GINEVRA
LACOSTE
Magasinier(e) Expérimenté 70 % Outlet Aubonne M/W/D
CDI ·
LACOSTE
Conseiller(e) de Vente 60 - 80 % Lacoste Outlet Aubonne M/W/D
CDI ·
THE KOOPLES
Sales Advisor w/m - Bern Globus Women - Full-Time
CDD · BERNE
THE KOOPLES
Sales Advisor - Full Time - Zurich - Summer Contract w/m
CDD · ZURICH
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 20%
CDI · GENEVA
CONFIDENTIEL
Responsable de Magasin
CDI · LAUSANNE
BA&SH
Conseiller de Vente - Temps Partiel 6h/Semaine - Manor Genève
CDI · GENÈVE
TOM TAILOR
Modeberater (M/W/D) Mit 30-40 % Arbeitspensum Für Unseren Tom Tailor Outlet Store in Murgenthal
CDI · MURGENTHAL
GLOBUS
Verkaufsberater:in Lingerie (M/W/D)
CDI · LUZERN
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
GLOBUS
Verkaufsberater:in Damenmode (M/W/D)
CDI · LUZERN
HUGO BOSS
Praktikum Finance Und Accounting (M/W/D)
CDI · Zug
HUGO BOSS
Sales Associate 40% (f/m/d)
CDI · Lausanne
HUGO BOSS
Sales Associate 60% (f/m/d)
CDI · Lausanne
HUGO BOSS
Sales Associate 20% (f/m/d)
CDI · Lausanne
MAX&MOI
Conseillère (- er) de Vente Trilingue Expérimenté(e)
CDI · CRANS-MONTANA
ERIC BOMPARD
Conseiller de Vente H/F - CDD
CDD · GENÈVE
Par
Reuters
Publié le
19 avr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ant Group étudie les moyens de se séparer de Ma

Par
Reuters
Publié le
19 avr. 2021

Ant Group étudie les moyens permettant à son fondateur, Jack Ma, de céder sa participation dans le géant chinois de la technologie financière et de renoncer à le contrôler, a appris Reuters auprès d'une source en lien avec les régulateurs chinois et de deux autres très proches de l'entreprise. Des réunions avec les régulateurs chinois ont donné à Ant Group des signaux indiquant qu'une telle mesure pourrait conduire Pékin à relâcher sa surveillance, selon les sources, qui révèlent pour la première fois des détails sur les dernières discussions à avoir eu lieu.


Reuters


Le Wall Street Journal avait rapporté auparavant que Ma, qui contrôle Ant Group par le biais d'une structure complexe de véhicules d'investissement, avait proposé aux régulateurs lors d'une réunion en novembre dernier de céder des parts d'Ant Group au gouvernement chinois.

Des responsables de la Banque populaire de Chine et du régulateur financier chinois ont mené depuis, de janvier à mars, des discussions séparées avec Ant Group et Jack Ma au cours desquelles un départ de ce dernier a été évoqué, selon des comptes rendus fournis à Reuters par les sources.

Selon une source proche d'Ant Group, la participation de Jack Ma, qui vaut plusieurs milliards de dollars, pourrait être vendue à des investisseurs existants ou à la parente du groupe, Alibaba, sans impliquer d'entité externe.

Mais selon la deuxième source proche d'Ant Group, les régulateurs ont signifié à Jack Ma qu'il ne pouvait se contenter de vendre ses parts à une entité ou à des personnes proches de lui et qu'il devait couper les ponts.

Une autre option consisterait à transférer la participation à un investisseur chinois lié à l'Etat, selon cette même source.

Amende record pour Alibaba



Ant Group a nié que la piste d'une cession de la participation de Jack Ma ait été envisagée. "La cession de la participation de M. Ma dans Ant Group n'a jamais fait l'objet de discussions avec quiconque", déclare un porte-parole d'Ant Group dans un communiqué.

Le porte-parole n'a pas fourni de commentaires de la part de Jack Ma. Le bureau de ce dernier et les régulateurs chinois n'ont pas répondu à des demandes de commentaire formulées par Reuters.

Jack Ma, qui est le fondateur d'Ant Group comme d'Alibaba, a provoqué le courroux de Pékin en critiquant en octobre dernier la réglementation financière chinoise.

Depuis lors, les régulateurs ont lancé une enquête sur des pratiques anticoncurrentielles présumées dans le secteur des technologies, avec un contrôle plus strict sur Ant Group, dont l'introduction en Bourse a été suspendue à Shanghai et Hong Kong, mais aussi sur Alibaba.

Le géant du commerce en ligne s'est vu ainsi infliger au début du mois une amende de 2,75 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) pour avoir violé les règles anti-monopole et abusé de sa position dominante sur le marché, la plus forte amende antitrust jamais imposée en Chine.


Par Julie Zhu, avec Cheng Leng à Pékin; version française Patrick Vignal

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.

Tags :
Autres
Business