×
117
Fashion Jobs

Artlove prend son envol et abandonne le rythme pronto

Publié le
today 15 avr. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Lancée il y a deux ans par des spécialistes aguerris de la confection, la griffe féminine Artlove illustre les mutations actuelles d’un marché de la mode chahuté. Initialement lancée sur le circuit « pronto » avec son prêt-à-porter accessible, elle se cale à partir de l’automne-hiver 2019/20 sur un positionnement de marque un peu supérieur, davantage milieu de gamme, mais surtout sur le calendrier traditionnel et même très anticipé, puisqu’elle propose désormais une pré-collection et une collection principale. 
 

Collection automne-hiver 2019/20 - Artlove


« Notre vestiaire assez intemporel et parisien ne correspondait pas tellement au rythme du pronto, explique James Lin, cofondateur de la marque avec son épouse Stacie. Il est plus intéressant pour nous de nous positionner au début de la saison des achats, quand les revendeurs ont le plus de budget, pour être leur cœur d’offre et non plus leur complément », ajoute le dirigeant.
 
Avec environ 300 revendeurs multimarques entre France, Belgique et Espagne, la marque qui se présente chaque saison sur le salon Who’s Next, mais désormais dans un environnement qui correspond à son nouveau positionnement, a également recruté de nouveaux agents pour le Royaume-Uni, la Grèce, ou encore l’Italie, notamment grâce à son basculement vers le calendrier classique.

« Nous voulions nous adapter à la consommation plus raisonnable des femmes, qui achète moins de pièces mais mieux choisies, en améliorant la qualité de nos matières et en s’inscrivant encore plus dans l’intemporalité », explique James Lin, qui souligne l’exercice que représente un basculement vers un autre calendrier dans un temps très court.
 
Autre changement pour pérenniser la marque : le digital. Déjà vendue sur le site des Galeries Lafayette, Artlove lancera à la fin du mois d’avril son propre e-shop, une première pour cette marque basée dans le Sentier. Récemment rejointe par une directrice commerciale, Julie Vigerie, passée notamment par Bestseller et Marie Sixtine, Artlove veut en effet asseoir son statut de marque.
 
S’appuyant sur une équipe locale en Chine pour la production, la marque fait aujourd’hui travailler une vingtaine de personnes à Paris.
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com