×
121
Fashion Jobs
SIDLER SA
Fabric And Raw Material Manager / Luxury Brand / Ticino
CDI · MENDRISIO
SIDLER SA
Showroom & Key Account Coordinator / Zürich
CDI · ZÜRICH
SIDLER SA
Retail Operations Director / Lugano
CDI · LUGANO
UB INTERNATIONAL SAGL
Senior Commercial Director/Ceo
CDI · BELLINZONA
THE KOOPLES
Sales Assistant w/m - Part Time 80% - Bern Westside
CDI · BERNE
CLAUDIE PIERLOT ALLEMAGNE
Vendeur(se) - 35h - Outlet Aubonne H/F
CDD · AUBONNE
THE KOOPLES
Sales Assistant Jelmoli - Zurich - Full Time / Asap
CDI · ZURICH
MORGAN
Responsable Adjointe 100%
CDI · GENÈVE
SANDRO SUISSE
Responsable de Corner Genève M/W H/F
CDI · GENÈVE
ZADIG ET VOLTAIRE
Conseiller(e) de Vente - CDI Temps Partiel - Globus Lausanne (H/F)
CDI · LAUSANNE
CONFIDENTIEL
Conseiller(Ère) de Vente (H/F) - CDI 40h - Globus Lausanne
CDI · LAUSANNE
MABE VISUAL
Stage Business Développement & Gestion de Projets
Stage · GENÈVE
BABYWISSEN
Praktikum im Bereich Online Marketing
Stage · ZÜRICH
SOCIÉTÉ ANONYME
un(e) Conseiller(Ère) de Vente
CDI · GENÈVE
1.2.3
Hotesse de Vente
CDI · MORGES
MAJE
Verkäufer 50% - Maje Globus Bern H/F
CDI · BERN
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur(Euse) - 28h - Boutique Genève H/F
CDI · GENÈVE
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur - 41h - Manor Genève H/F
CDI · GENÈVE
CL CHANTELLE LINGERIE - CHANTELLE / PASSIONATA / CHANTAL THOMASS
Marketing & cs Assistant (80%) Per Sofort
CDI · ZURICH
DIGITAL MINDS
Praktikum Online Marketing Manager
Stage · GENF
THE KOOPLES
Concession Manager w/m - Lausanne - Full Time
CDD · LAUSANNE
EVERDRESS
Stage de Gestionnaire de Vente et Assistant Marketing
Stage · GENÈVE

Bangladesh : l'Accord sur la sécurité dans l'industrie textile prolongé d'un an

Par
AFP
Publié le
today 19 mai 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

De grandes marques textiles internationales, dont H&M ou Primark, ont obtenu dimanche que la Cour suprême du Bangladesh prolonge d'un an l'application de l'Accord sur la surveillance de la sécurité des usines de confection dans ce pays marqué par des drames industriels.


Les plaintes concernant la sécurité dans les usines du Bangladesh ont atteint un sommet en 2018 - Flickr


La Cour suprême a statué que l'Accord Bangladesh sur la sécurité des bâtiments industriels et leur protection contre l'incendie serait reconduit dans l'industrie textile pour une année supplémentaire.

En 2013, l'effondrement dans la banlieue de Dacca de l'immeuble du Rana Plaza abritant des ateliers textiles avait tué 1 138 ouvriers. Près de 300 groupes textiles européens s'étaient alors engagés dans cet Accord Bangladesh pour renforcer, grâce à la surveillance d'inspecteurs internationaux, la sécurité des usines textiles au Bangladesh, deuxième exportateur de vêtements au monde après la Chine.

Mais des entrepreneurs locaux ont réclamé le départ des inspecteurs internationaux estimant que l'accord prévu initialement pour cinq ans était dorénavant caduc. Ils avaient obtenu le soutien de la justice en première instance.

La Cour suprême a jugé que l'accord pouvait rester en place pour 281 jours ouvrés supplémentaires, soit 13 à 14 mois, après s'être entendue avec l'Association des industriels du textile du Bangladesh (BGMEA), a expliqué un avocat.

Au terme de cette entente, à laquelle le gouvernement a apporté son soutien, une organisation nationale sera mise en place pour surveiller la sécurité des bâtiments industriels. Cette nouvelle organisation, le Conseil pour le développement durable de l'industrie du prêt-à-porter, prendra le relais des inspecteurs internationaux. Le BGMEA a estimé que cela ouvrait la voie à une auto-surveillance des industriels du Bangladesh.

Christie Miedema, porte-parole de la Clean Clothes Campaign basée à Amsterdam, a indiqué que l'association évaluait les conséquences de la décision de la Cour.

Mais un responsable syndical local, Babul Akhter, a dénoncé l'entente conclue, qui constitue selon lui une menace pour la sécurité des travailleurs car elle donne plus de pouvoirs aux propriétaires des usines. « Cela aura des conséquences négatives », a-t-il déclaré.

Le drame du Rana Plaza avait mis en lumière la face sombre de la sous-traitance des grandes marques occidentales de mode, inhérente à une économie mondialisée. La planète entière avait découvert les conditions de travail des ouvriers du textile au Bangladesh.

Deux organisations de grandes marques internationales avaient alors été créées pour surveiller la sécurité dans les usines fabriquant des vêtements pour les magasins occidentaux.

Aux côtés de l'Accord Bangladesh, venu à échéance en 2018 mais qui prévoyait sa prolongation jusqu'en 2021, s'était créée une Alliance pour la sécurité des travailleurs au Bangladesh, composée principalement de groupes américains.

Les industriels textiles du Bangladesh redoutent de voir les inspecteurs internationaux mettre leur nez dans des questions liées aux droits des travailleurs et aux salaires.

L'économie du Bangladesh, pays de 165 millions d'habitants, repose largement sur l'industrie textile. Cette dernière pèse environ 31 milliards de dollars, avec quelque 4 500 usines qui emploient quatre millions de travailleurs. Le secteur textile représente 80 % des exportations totales du pays.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.