Basus fait entrer son style au BHV Marais

Des touches de streetwear, une pincée de casual, une production européenne et l’utilisation du cuir de liège en ornement ou en signature sur toutes les pièces : avec Basus, Florence et Stan Desmarty, en couple à la ville, proposent depuis 2015 un vestiaire masculin moderne avec un positionnement haut de gamme.

Le corner Basus au BHV Marais - Basus

L’approche a séduit le BHV Marais chez qui Basus s’installe sur 10 mètres carrés jusqu’au 3 mai prochain. Positionnée entre le carré créateurs et le corner Comme des Garçons, la marque parisienne y met en avant sa collection printemps-été 2017.

Au sein de cet espace, elle présente ses sweats (120 euros) et t-shirts (60 euros) graphiques ou estampillés Basus Paris, ou encore sa casquette Zebra (130 euros) en denim et liège, sa matière fétiche. Le matériau, souple et doux comme un cuir léger, s'expose également sur les poches ou la glissière de la fermeture Eclair de ses teddys ou bombers. Sur les chemises (115 euros) et surchemises (170 euros), il est utilisé pour mettre en valeur une poche poitrine ou plus généralement en discrète signature.

L'utilisation du « cuir de liège » est la signature de Basus - Basus

Le couple de créateurs affiche par ailleurs sa volonté de développer des passerelles avec le monde de l’art. Il veut faire de son espace-boutique Basus, installé 14 rue Crespin-du-Gast, dans le XIème arrondissement parisien, un lieu hybride accueillant des expositions. La marque, qui travaille régulièrement sur des projets avec des designers, vient également de signer une collaboration baptisée Ménilmontant avec son voisin Le Perchoir, un bar rooftop parisien en vue.

Côté distribution, Basus a récemment commencé à travailler avec des agents sur le marché français, mais aussi à New York. Elle vise les multimarques haut de gamme ainsi que les grands magasins.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER