Bernard Arnault en "conseil" du chancelier de l'Echiquier britannique

PARIS, 9 déc 2006 (AFP) - Bernard Arnault, le PDG du géant du luxe LVMH, annonce conseiller le ministre des Finances britannique Gordon Brown, déplorant dans un entretien à France 2 qu'une telle chose soit impossible en France, où les politiques ont un "problème" avec la réalité de l'économie.


Bernard Arnault, patron de LVMH - Photo : Filippo Monteforte/AFP

"En Angleterre, je conseille, avec d'autres patrons, le ministre des Finances socialiste, Gordon Brown", raconte Bernard Arnault dans cet entretien qui est diffusé lundi 11 décembre au soir dans le cadre du magazine "Complément d'enquête" de la chaîne.

"On est un petit groupe d'une dizaine et dans ce groupe il y a Bill Gates, Li Ka Shing (le magnat chinois, ndlr), il y a un grand industriel chinois...", poursuit-il, précisant le thème abordé lors des rencontres : "Comment faire en sorte que la globalisation qui est en marche actuellement à grande vitesse ne pénalise pas, mais au contraire apporte un avantage sérieux à l'économie britannique".

Et d'ajouter : "On avait une réunion il y a quinze jours. On discute. On donne nos avis. Il nous cite les problèmes qu'il rencontre et il écoute tout ça".

"Imaginez une seconde un ministre socialiste français réunissant le même genre de panel, à mon avis il serait licencié ou en tout cas sorti du gouvernement assez rapidement, par le Canard Enchaîné interposé", ironise Bernard Arnault.

"Donc, on a en France un problème avec la réalité de l'économie", conclut-il.

Interrogé sur les réticences des Français face au concept d'économie de marché, il juge que "l'influence marxiste existe toujours". "Depuis une vingtaine d'années, elle s'est même développée au niveau des discours qu"on peut entendre", ajoute-t-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversPeople
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER