×
104
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Bijoux fantaisie : plus c’est gros, plus c’est beau

Publié le
today 8 mars 2005
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Andrew GN
Une nouvelle tendance est née : celle du bijou fantaisie. Ce dernier s’incruste partout. Sur les vestes, les sacs, les cheveux, et même aux doigts… Des hommes. Les rayons bijoux de H&M et de Tally Weijl ravissent les adolescentes, Claire’s accessoires a fait du bijou fantaisie sont filon d’or, et les brocanteurs ressortent les vieilles broches de leurs grands-mères.
Gas
La broche est justement l’accessoire qui fait son plus grand "come back". Elle était considéré comme un bijou désuet et oublié, surtout celle en strass, kitch et très scintillante, dont on trouvait des centaines d’exemplaires au marchés aux puces pour presque rien. Puis à l’automne 2004, une certaine Miuccia Prada a eu l’idée d’épingler quelques broches au revers de ses vestes et manteaux, histoire de pimenter le style « dame » qu’elle affectionne. A même moment, les garçons du duo de Dolce & Gabbana ornent leurs mannequins de broches baroques et bariolées. La griffe italienne Marni est la première à les piquer sur ses sacs. La broche est même qualifiée d’« indispensable de la garde-robe », pour le style Carlin International, avec des effets de pierres précieuses pour « se le jouer » diva ou égayer un pull basique ou un sac. C’est un multi-accessoire, on peut la mettre sur un chapeau, un jean, une veste, sur l’épaule ou le revers. La femme peut ainsi customiser sa tenue. Dans sa dernière collection, la créatrice Nicole Weimberg a d’ailleurs allié vêtements et bijoux.
Adriana Bittencourt
Quand à Christian Lacroix, cela fait longtemps qu’il est l’un des créateurs qui utilise le plus le bijou fantaisie dans ses collections. Il va même jusqu’à intégrer le bijoux dans le vêtement même. Ce sont souvent de grosses pierres rappelant le rubis ou l’émeraude qui ornent les robes du soir chargées de plumes ou autres perles. Ainsi, la plupart de ses créations prennent la forme d’énorme bijoux. Coco Chanel a été l’une des premières a créer une ligne de bijoux fantaisie. Elle a recourt, par exemple, à de faux bijoux mêlant pierres semi-précieuses, strass et fausses perles.
Sonia Rykiel
Cette année, lors de la présentation des collections hiver 2005, les grandes griffes relançaient le mouvement. On pouvait apercevoir sur les mannequins la broche mais aussi le sautoir ou le collier multi-rang, qui font un retour en force après des années d’éclipse, pour accompagner l’esprit glamour des années 30 à 50. La publicité use et abuse du bijou fantaisie. Dans la campagne de publicité de Gap, l’actrice Jessica Parker porte trois broches, des grandes boucles d’oreille, un collier plastron pour mettre en avant le goût rétro de la marque. Le personnage qu’elle incarnait dans la série Sex and the City était d’ailleurs très friand des bijoux fantaisie.
Dinh Van
Daniel Swarovski apporte le succès au groupe autrichien en concevant une ligne " couture " pour la marque éponyme tandis que la mode scintille de mille feux sur les robes de John Galliano, sur les sacs perlés de Fendi qui font le tour du monde, et pour les bottiers italiens qui marient le cuir et les pierres. Les " stars " donnent le ton, Madonna mêle diadème et jeans, Leatitia Casta contribue au lancement des Crystal Tatoo, petites parures de peaux fugitives. Certains créateurs comme Jean-paul Brami, abandonnent l’activité du prêt-à-porter pour le bijou fantaisie : « l’accessoire est en train de prendre la pas sur le vêtement ». Françoise Montague, marque crée en 1945 et spécialisée dans les bijoux années 50 très haut de gamme, a un regard nostalgique sur le bijou fantaisie : « les années 50 étaient vraiment les plus fastes en matière de création. La mode est un éternel recommencement… ».
Chloé
Même si la femme française ose moins que les italiennes ou les britanniques, qui sont folles de diadèmes en tout genre, elles veulent pouvoir changer de bagues ou de colliers comme de vêtements et à petit prix. La tendance a remplacé la ringardise qu’incarnait le bijoux fantaisie, le volume et le côté ludique sont devenus à la mode pour accompagner des coiffures plus volumineuses, mélanger les gros bijoux à d’autres matières telles que les plumes, les gris gris, les jouets… Mais les femmes ne sont pas les seules à s’amouracher des bijoux fantaisie. Les hommes s’y mettent également. «En un an, nous sommes passés de 12 à 20 pages consacrées à l'homme dans notre catalogue», explique Eric Lemeasle, directeur des achats de Maty, société française de vente par correspondance de bijoux comptant 800 000 clients actifs chaque saison.
Versace
Au Bon Marché, le plus classique des grands magasins parisiens, on confirme la tendance. «Il y a trois ans, nous n'avions presque pas de bijoux masculins; aujourd'hui, il s'en vend de plus en plus», souligne la responsable des accessoires. La tendance est née de Karl Lagerfeld, devenu boulimique de bijoux. Plus précisément de la marque américaine Chrome Hearts, dont il porte plusieurs bagues à chaque doigt, qu'il commande à la boutique parisienne Colette. Une toquade de couturier? Bien d’avantage: le signe que la joaillerie pour homme est devenu un véritable marché, de la place Vendôme au stand du Manège à bijoux des hypermarchés Leclerc. Côté créateurs, Kenzo propose ses premières bagues, Hermès ses premiers bracelets, Versace des bagues, des bracelets et des chevalières aux initiales de Donatella V.
Céline
Cette année, Cartier complète son hommage à Santos-Dumont avec des bagues et des pendentifs en or gris, or jaune et acier; Damiani refait appel à Brad Pitt pour concevoir des chevalières et des bracelets en complément de la bague que ce dernier s'était dessinée pour ses fiançailles avec Jennifer Aniston. Enfin, chez Gucci comme chez Dior Homme, les bijoux masculins comptent déjà une dizaine de modèles par famille de bagues, bracelets et pendentifs, voire pin's et broches. Bref, un raz de marée! Alicia Valegjanin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com