×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
5 mai 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Boohoo réalise des performances "réjouissantes", même en temps de pandémie

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
5 mai 2021

Le groupe Boohoo a publié mercredi des résultats impressionnants — l'entreprise britannique a dévoilé un bilan annuel fort enviable, réalisé au cours d'un exercice pourtant marqué par la pandémie.


NastyGall/Boohoo Group


Il suffit de jeter un coup d'oeil aux chiffres pour s'en convaincre : au cours de la période de douze mois qui a pris fin en février, le chiffre d'affaires de Boohoo a augmenté de 41% pour atteindre 1,745 milliard de livres (2,022 milliard d'euros). Le bénéfice brut a augmenté de 42% à 945,2 millions de livres (1,095 milliard d'euros) et la marge brute a augmenté de 20 points de base pour atteindre 54,2%. Le bénéfice ajusté avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement a augmenté de 37% à 173,6 millions de livres (201,1 millions d'euros), et le bénéfice avant impôt a augmenté de 35% à 124,7 millions de livres. Et à la fin de l'exercice, Boohoo disposait d'une trésorerie nette de 276 millions de livres (319,8 millions d'euros), soit plus de 35 millions de livres de plus qu'au cours de l'exercice précédent.

En résumé, l'année a été florissante pour l'entreprise, la pandémie ayant incité de plus en plus de consommateurs à se procurer leur dose de fast-fashion en ligne.

Mais ces douze mois ont aussi été très chargés pour la Boohoo, qui ne s'est pas contentée de vendre plus, mais a aussi intégré et relancé les marques Oasis et Warehouse sur sa plateforme, racheté les activités de vente en ligne de Debenhams et pris le contrôle des marques Dorothy Perkins, Wallis et Burton qui appartenaient au groupe Arcadia. Par ces multiples opérations, Boohoo a donc gagné 18 millions de clients actifs (soit une augmentation de 28%).

Mais l'année a aussi été mouvementée, entachée par les scandales liés à la chaîne d'approvisionnement de Boohoo, qui ont fait les gros titres dans le monde entier. En réaction, l'entreprise a mis en place un programme pour remédier à ses manquements, annonçant des "progrès significatifs" pour renforcer et assainir sa chaîne d'approvisionnement. Si la société admet que son initiative est encore en cours de déploiement, elle se veut rassurante sur son développement et s'attend à faire de "grands progrès" d'ici la fin de l'année.

L'exercice a été marqué par une forte croissance dans toutes les zones géographiques, avec une hausse de 39% du chiffre d'affaires au Royaume-Uni et de 44% à l'international. Les recettes internationales représentent désormais 46% du total, contre 45% l'année précédente.

Le marché britannique reste le plus important de Boohoo, comme le confirme la croissance de 39% de son chiffre d'affaires outre-Manche, et ce malgré la mauvaise presse entourant ses relations avec ses fournisseurs. Toutes les marques ont contribué à cette performance, y compris ses nouvelles marques. L'entreprise annonce qu'elle a gagné des parts de marché sur son marché domestique, tout en constatant une légère augmentation du volume moyen des commandes, grâce à ses gammes de vêtements de sports, de vêtements décontractés et de tops, qui ont connu de faibles taux de retours.

Dans le reste de l'Europe, Boohoo annoncé une performance "réjouissante". Son chiffre d'affaires a augmenté de 30% pour atteindre 244,7 millions de livres (283,6 millions d'euros), avec des taux de croissance "exceptionnels" au premier trimestre, suivis par une performance plus modeste au cours des trimestres suivants. Les coûts liés au Brexit ont eu un impact léger sur ses marges, mais ses activités n'ont pas été freinées par le retrait du Royaume-Uni de l'Union Européenne.


Boohoo


L'entreprise a enregistré ses taux de croissance les plus élevés aux États-Unis, où sa part de marché a augmenté. Ses labels PrettyLittleThing, Karen Millen et BoohooMan ont connu une croissance exceptionnelle, suivis de près par les marques Boohoo et NastyGal. Le chiffre d'affaires aux États-Unis a augmenté de 65% pour atteindre 435,1 millions de livres (504,2 millions d'euros).

La croissance dans le reste du monde a été plus modérée, à 16%, pour atteindre 120,4 millions de livres (139,5 millions d'euros), affectée par des retards dans le réseau de distribution, eux-mêmes liés à la forte réduction du trafic aérien pendant la crise sanitaire.

Alors que de nombreuses entreprises s'abstiennent de donner des prévisions à l'heure actuelle — face aux incertitudes persistantes liées à l'évolution de la pandémie —, le groupe a annoncé que la croissance de son chiffre d'affaires pour l'exercice en cours devrait atteindre environ 25%. Les marques récemment acquises devraient représenter environ 5% de cette croissance. Si les premières semaines du nouvel exercice financier ont été encourageantes, le groupe prévient toutefois que les avantages liés aux faibles taux de retours enregistrés au cours des 12 derniers mois commencent à se dissiper.

Cela dit, si l'entreprise a clairement tiré parti de la pandémie — contrairement aux détaillants traditionnels dont les magasins ont dû fermer leurs portes, leurs consommateurs se tournant alors vers le e-commerce —, Boohoo tient à souligner que ce tableau n'est pas tout rose. Certaines catégories importantes, comme les robes et les vêtements formels, ont connu des baisses significatives au cours de l'exercice. Mais la demande reprend à mesure que les gouvernements du monde entier mettent fin aux mesures de confinement.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com