Celine : Hedi Slimane renverse l’ancien régime

Ainsi, après plus de 300 défilés des deux côtés de l’Atlantique, tous les gens qui comptent dans la mode ont enfin pu découvrir la collection la plus attendue de ces cinq dernières années : la première d'Hedi Slimane pour Celine.


Voir le défilé
Celine - printemps-été 2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Double début, en fait, puisque le créateur a aussi dévoilé la première collection pour hommes de la maison Celine, fondée à Paris en 1945 par Céline Vipiana.

Le défilé était organisé sous un chapiteau noir mat vraiment massif, sur la place Vauban, littéralement dans l’ombre du tombeau de Napoléon. Hedi Slimane n’a jamais manqué de confiance en lui. Dans le public : Lady Gaga, Karl Lagerfeld, Catherine Deneuve, Virgil Abloh et pratiquement tous les membres de la famille de Bernard Arnault, le président de LVMH, à qui appartient Celine. Il y avait même Bobby Gillespie, de Primal Scream, qui a certainement contribué à inspirer cette collection, supposaient plusieurs Anglo-Saxons présents ce soir-là.

Il faut rappeler qu’Hedi Slimane est venu remplacer une créatrice extrêmement appréciée et accomplie, l’Anglaise Phoebe Philo. On spéculait donc beaucoup sur la manière dont il allait pouvoir respecter son œuvre, qui ciblait clairement les galeristes et autres femmes d’affaires avec un goût pour les arts. Au final, Hedi Slimane a plus ou moins fait voler en éclat cette tradition et rajeunit la cliente Celine d’une bonne vingtaine d’années.

On aurait pu dire que sa première silhouette repartait de l’endroit où sa dernière collection parisienne, un unique défilé de haute couture pour Saint Laurent, s’était achevée. Une authentique robe du soir à pois, avec des épaules vaporeuses, presque en forme de champignon.

Mais l’atmosphère était bien plus européenne que sa période précédente, de teinte plus californienne : une explosion audacieuse de mousseline sur le top suivant, porté avec une mini-jupe et des bottines. Une longueur très courte et des bottines qui montaient très haut. Tout comme il a autrefois créé tout un look à base de bottines cloutées qui avait conquis le monde de la mode, attendez-vous à le voir reproduire ce succès avec ces nouvelles bottes de cow-boys du deuxième arrondissement, à fermetures Eclair et boucles.

Toute une série de robes du soir éblouissantes dans des teintes argent, rouge baiser ou or bruni, qui auront fière allure dans les pages éditoriales et devraient vite quitter les boutiques Celine. Autres pièces séduisantes, les robes corsetées à demi-transparentes, idéales pour le mariage d’une fana de moto. Et pour une touche française bien vue, il a parachevé l’allure de beaucoup de mannequins avec des bibis et autres voilettes en résille et perles, pour rockeuses chics. Le titre de ce défilé de lancement : Paris La Nuit.


Voir le défilé
Celine - printemps-été 2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Mais la véritable actualité mode, c’était sa collection masculine. Ce n’est pas pour rien qu'Hedi Slimane a été le premier créateur de mode masculine à se hisser au statut de véritable rock-star à l’époque où il était chez Dior Homme. Il parvient à combiner un talent de tailleur hors pair avec un sens du look vraiment innovant. Et c’est ce qu’il a fait à nouveau ce vendredi soir, avec un pantalon ajusté aux hanches, mais légèrement incurvé sur la cuisse, qui tombait pile à la cheville. Tous les hommes présents dans le public regardaient leur propre pantalon en se disant : « Je ne suis plus dans le coup ». Idem pour la magnifique veste qu’il portait en coulisses, croisée et à six boutons, à la coupe parfaite.

« Journal nocturne de jeunes Parisiens », voilà le genre de commentaire lapidaire sur le défilé lâché par Hedi Slimane, qui a posé ensuite pour des photos avec Karl Lagerfeld.

« Est-ce que j’ai aimé ? C’est exactement le genre de vêtements que j’ai envie de porter, donc évidemment que oui », a dit Karl.

Ajoutez à cela les trenchs sortis tout droit du Samouraï, vraiment bien vus, les vestons de cérémonie à dix boutons, les manteaux en imitation léopard et quelques redingotes de dandy, et le tout avait une allure assez épatante.

Les cheveux ébouriffés, avec des lunettes rétro et parfois des chaussures à bout ultra-pointu, les mannequins avaient l’air de rockeurs parisiens postulant pour une place dans un groupe de New Wave. Ce qui nous va très bien, au passage.


Voir le défilé
Celine - printemps-été 2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

L’invitation d'Hedi Slimane était un album relié de clichés en noir et blanc pris à Paris. Quatorze photos parmi lesquelles une colonne lumineuse, une boule à facettes, des boiseries aux couleurs passées, un mur avec des graffitis, des rideaux bas de gamme et des coulisses défoncées. Les lieux : 14 des vieux repères parisiens d'Hedi Slimane : le Balajo, le Bus Palladium, Chez Castel, Chez Jeannette, Chez Moune, les Folies Pigalle, La Cigale, le Whisper Club, Le Crazy Horse, La Station, La Java, Le Rouge ou le Pile ou Face. Tout cela suggérait une certaine nostalgie pour la splendeur sombre de sa jeunesse et le type de vêtements avec lequel il a bâti sa réputation : smokings de noctambules, jeans skinny et blousons de rockers.

Il faut reconnaître une chose à Hedi Slimane : il a toujours assumé ouvertement l’envie qu’il a eu autrefois de devenir journaliste. Et sa capacité à jouer des médias et à attirer leur attention est sans égale parmi les créateurs. Mais ce sont ces jours lointains, alors qu’il découvrait Paris tard le soir, qui l’ont finalement conduit à faire sa vie dans le monde de la mode.

Il y avait beaucoup d’enjeux ce soir puisque Celine affiche actuellement un chiffre d’affaires annuel de près de 1,2 milliard d’euros. Ce qui reste du menu fretin comparé à des marques géantes comme Chanel, Gucci ou Louis Vuitton. Mais Bernard Arnault a été très clair avec les actionnaires LVMH : il veut voir Celine rejoindre cette première division du luxe et a remis entre les mains d'Hedi Slimane toutes les directions créatives de la maison : prêt-à-porter féminin, masculin, accessoires, parfums, tout ce que vous voulez.

Hedi Slimane s’attirera sûrement les foudres de certains pour être resté trop proches des idées qu’il avait précédemment développées chez YSL ou Dior, et pour avoir balancé par-dessus bord les codes de Phoebe Philo. Mais ceux-là seront passés à côté du principe de cette collection, toute nouvelle manière de revisiter cette iconographie à base de Parisiennes cérébrales nocturnes et de rockeurs gentlemen qui constituent l’ADN d’Hedi Slimane.

Pour mettre encore plus en évidence ce renversement de l’ancien régime, le créateur avait demandé à un membre de la Garde républicaine d’annoncer le début du défilé avec un roulement de tambour. Le gigantesque espace, précisons-le, va être transformé en showroom en un tour de main, ce qui permettra de commencer à vendre en gros les collections aux acheteurs internationaux pendant les trois prochains jours.

Quand au Napoléon du luxe, Bernard Arnault, il arpentait les coulisses avec un sourire béat, au bord du gloussement. Et on ne pouvait pas s’empêcher de se souvenir de la remarque souvent citée de Bonaparte : il aimait que ses officiers soient des chanceux. Et bien, il n’y a pas beaucoup de gens aussi bénis des dieux qu’Hedi Slimane.

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER