×
Publié le
11 avr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ces marques qui n'ont jamais répondu aux allégations de travail forcé des Ouïghours

Publié le
11 avr. 2022

En mars 2020, l'Institut australien de stratégie politique (ASPI) publiait un rapport cinglant sur le sort de la main-d'œuvre ouïghoure au Xinjiang, province-clef pour la production chinoise de coton. Trente-sept marques du secteur textile étaient citées comme bénéficiaires de l'exploitation de cette minorité musulmane, dans ce que Pékin décrit officiellement comme de l'intégration par le travail. Deux ans plus tard, toutes les marques de mode impliquées n'ont pas répondu à ces allégations.


Le cas des Ouïghours n'avait pas attendu le rapport de l'ASPI pour mobiliser en Asie, comme ici lors d'une manifestation en Indonésie en décembre 2018 - Shutterstock


Les Etats-Unis ont banni en juillet 2021 les produits fabriqués au Xinjiang, tandis que l'Europe a progressivement haussé le ton face à la Chine. La justice française a quant à elle ouvert une enquête pour crimes contre l'humanité à l'encontre de Fast Retailing (Uniqlo France), Inditex (Zara, Bershka, Massimo Duti…), SMCP (Sandro, Maje, De Fursac...) et Skechers, suite à une plainte déposée par plusieurs ONG et associations.

Application destinée à informer les consommateurs sur les engagements sociaux et environnementaux des marques de mode, Clear Fashion a de son côté entrepris d'inventorier les réactions des différentes marques impliquées par l'ASPI*. Le tout dans un document rendu librement accessible aux professionnels et consommateurs.

Parmi les entreprises ayant pris la parole sur le sujet figurent ainsi Abercrombie & Fitch, Adidas, Amazon, Badger Sport, C&A, Calvin Klein, Cotton On, Esprit et H&M. Mais aussi Lacoste, Nike, Patagonia, Carter's, Polo Ralph Lauren, Target Australia, Tommy Hilfiger, Uniqlo, Victoria’s Secret, Woolworths et Zara.

Restent que de nombreuses structures n'ont pas répondu à l'ASPI, ni pris la parole sur le sujet. C'est selon Clear Fashion notamment le cas d'Authentic Brands, Fila, Dangerfield, CostCo, Cerruti 1881, Skechers, Caterpillar, Zegan, Li-Ning, L.L. Bean, Jeanswest (Harbour Guidance), Jack&Jones (Bestseller) ou Major.

"Certaines marques nient avoir des relations commerciales directes avec les fournisseurs impliqués ou déclarent ne pas avoir d’informations concernant les sous-traitants de leurs fournisseurs. Parmi les marques impliquées, certaines affirment avoir prévenu ces risques en faisant signer des chartes de bonne conduite interdisant le travail forcé sur leur chaîne de production avant le scandale", pointe Clear Fashion. "Ces arguments replacent au centre du débat la question de la responsabilité des entreprises sur la méconnaissance de leur filière et de l’absence de sanction qui en découle. Ce discours est possible car les marques ne sont pas tenues légalement responsables des mauvaises pratiques de leurs fournisseurs."

En parallèle du rapport de l'ASPI, la documentation sur l'industrie textile du Xinjiang a depuis été enrichie par le rapport publié par le Center for Global Policy. Il rappelle que 20% du coton mondial est produit dans la province, le coton et ses produits représentant par ailleurs 10% des exportations chinoises. Au printemps 2021, l'ONG Amnesty International publiait pour sa part un rapport de 160 pages sur les conditions de vie et de travail des Ouïghours dans la province.


Là où les ONG parlent de "camps de rééducation", Pékin mentionne des "centres de formation professionnelle" - - Shutterstock


Mais si l'attention se porte sur le Xinjiang, elle aurait tort de s'y limiter: le rapport de l'ASPI pointait que l'exploitation des Ouïghours dépasse ses frontières. Sur le "modèle d'émulation" voulu par Pékin pour intégrer la minorité au reste de la population chinoise, des milliers de travailleurs seraient envoyés travailler dans des usines textiles situées dans les provinces manufacturières de l'est de la Chine. Le tout dans des usines agrémentées pour l'occasion de barrières et miradors. Des déplacements assumés par Pékin et qui rendent plus difficilement traçable le poids réel des Ouïghours dans la production textile chinoise. 

*Adidas, H&M, COS, Weekday, Monki, H&M HOME, &Other Stories, ARKET, AFound, Lacoste, Nike, Zara, Bershka, Massimo Dutti, Oysho, Pull & Bear, Uterqüe, Stradivarius, Alexander McQueen, Balenciaga, Bottega Veneta, Brioni, Gucci, Yves Saint Laurent, Tommy Hilfiger, Calvin Klein, Amazon, Puma, Ikea, Uniqlo, Muji, GAP, C&A, Patagonia, Cotton on, Carter’s, Badger Sport, Esprit, Abercrombie & Fitch, Polo Ralph Lauren, Target Australia, Victoria’s Secret, Woolworths, Maje, Claudie Pierlot, Sandro, De Fursac, Hart Schaffner Marx, Fila, Dangerfield, Costco, Cerruti 1881, Skechers, Summit Resource International, Zegna, Hugo Boss, Asics, Li-Ning, L.L.Bean, Jeanswest, Jack & Jones, Major, Marks & Spencer

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com