Chloé : pléthore d’imprimés cachemire

En seulement quatre saisons sous la houlette de Natacha Ramsay-Levi, la maison Chloé est devenue on ne sait comment la plus parisienne de toutes les griffes de mode.
 


Les collections de la créatrice respirent purement et simplement le style de Paris, fidèles à la vision que beaucoup de gens en ont. Un mélange de rébellion policée, de grâce aisée et de sensualité raffinée. Pour le printemps 2019, Natacha Ramsay-Levi veut voir des jeunes femmes en patchwork de soie aux imprimés ultra-denses, avec toutes sortes d’images : coucher de soleil, orchidées, nénuphars et pléthore de motifs cachemire.

Sur l’invitation de la créatrice figurait le dessin d’une femme les mains levées et jointes pour former le signe de l’amour. La boîte était en plexiglas, les allumettes étaient roses. C’était tellement français d’associer cette image à une boîte d’allumette, dans le pays d’Europe où il y a le plus de femmes qui fument. Cette idée était reprise dans une série de tee-shirts aux teintes coucher de soleil, incarnation de l’ambiance romantique assumée de cette collection.

C’était une collection où il se passait beaucoup de choses, peut-être un peu trop. Natacha Ramsay-Levi avait coupé de formidables robes plissés tombant jusqu’aux pieds, des tops chics à imprimés choc et des robes du soir dos nu qui couvraient à peine le corps. Le tout avait une allure audacieuse et très cool, quoiqu’un peu surchargée. Beaucoup de mannequins portaient au moins dix accessoires : des boucles d’oreille en mini-sapins de Noël, des bandeaux aux biceps, des colliers, bracelets, bracelets de chevilles, doubles ceintures d’alpiniste. On imagine bien que ces objets assurent un commerce florissant à la maison, mais cela embrouillait un peu le message.



Pour le final, Natacha a fait référence à la Grèce antique, avec quelques tuniques excellentes, aux coupes courtes et impertinentes, accompagnées de sandales romaines avec des moulages guerriers en cuivre. Une véritable apothéose pour cette démonstration de style pleine d’assurance, soulignée par le morceau final : Bam Bam de Sister Nancy, formidable hymne reggae dont les paroles jamaïcaines affirment fièrement le droit des femmes à se montrer ambitieuses
 
A me seh one ting Nancy cyan´understand (Et je dis une chose que Nancy ne peut pas comprendre)
Wah mek dem a talk bout me ambition (Pourquoi parlent-ils de mon ambition)
Caah me seh a dem a ask weh me get it from (Car je dis, certains me demandent d’où elle me vient)
A true dem nuh know it´s from creation (C’est parce qu’il ne savent pas que j'ai été créée ainsi)

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER