×
84
Fashion Jobs
1.2.3
Area Manager
CDI · LAUSANNE
INTIMISSIMI
Junior District Manager
CDI · LOSANNA
SEVEN FOR ALL MANKIND
Senior Merchandise Planner
CDI · MENDRISIO
ZOÉ DROCOURT GMBH
Area Manager Switzerland - Luxury (m/f)
CDI · GENÈVE
OTTICA BELOTTI SA
Responsabile Marketing e Comunicazione Retail
CDI · ARBEDO-CASTIONE
HUGO BOSS
Visual Merchandising Manager - Poland / Eastern Europe (Based in Warsaw)
CDI · Warsaw
CONFIDENTIEL
Responsable de Magasin H/F
CDI · GENÈVE
TIFFANY & CO
Sales Professional - Zurich (Mandarin Speaker)
CDI · Zürich
FALCONERI
Conseillère de Vente 20%
CDI · LAUSANNE
TOM TAILOR RETAIL GMBH
Modeberater (M/W/D) Auf Stundenlohnbasis in Herisau (Flexibel, ca. 6 Std./Woche)
CDI · HERISAU
TALLY WEIJL
Internship HR Admin France - Basel
Stage · BÂLE
SIDLER SA
Store Manager / Fashion Company / Lucerne
CDI · LUCERNA
HUGO BOSS
Prototipista Camicie e Camicette
CDI · Coldrerio
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur - 10h - Lausanne H/F
CDI · LAUSANNE
GUCCI SWISS RETAIL SA
Gucci Client Advisor
CDD · ZURICH
HUGO BOSS
Sales Associate 20% Incl. Saturday / Sunday Factory Outlet Fox Town Mendrisio (f/m)
CDI · Mendrisio
LA GARDE-ROBE LGR
Stage Couture/Vente
Stage · GENEVA
CLAUDIE PIERLOT
Store Manager Mit Sprachkenntnissen in Französisch - 42,5 Stunden - Jelmoli Zürich - M/F/D H/F
CDI · ZURICH
MABE VISUAL
Stage Business Développement & Gestion de Projets
Stage · GENÈVE
ONLY
Flexible Aushilfe im Verkauf (M/W/D)
CDI · LANDQUART
ONLY
Flexible Aushilfe im Verkauf (M/W/D)
CDI · BASEL
THE KOOPLES
Sales Assistant - Zurich Globus Men - Full Time / Asap
CDI · ZURICH

Coach dope les bénéfices de Tapestry, tandis que Kate Spade pâtit des droits de douane

Par
Reuters
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 8 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La firme américaine Tapestry a publié en ce début de mois de novembre ses résultats pour le premier trimestre. Ils dépassent globalement les attentes du marché, mais le groupe insiste sur l’impact négatif des nouveaux droits de douane sur les bijoux et vêtements importés de Chine sur sa marque Kate Spade.



Le groupe new-yorkais, qui a racheté Kate Spade en 2017, a du mal à l'intégrer à ses activités. Le style parfois un peu dépassé des créations de la marque ont rendu difficile la vente de ses produits au prix fort auprès des millennials, l'obligeant à pratiquer des rabais.

De plus, Kate Spade fabrique une bonne partie de ses collections en Chine, ce qui la rend particulièrement vulnérable aux nouveaux droits de douane imposés. Grâce à leur positionnement plus haut de gamme, les griffes Coach et Stuart Weitzman sont relativement épargnées.

Le PDG Jide Zeiltin a fait savoir qu'il allait procéder à une analyse de l’activité de Kate Spade dans l'espoir de renverser la tendance baissière de ses ventes en comparable, en chute constante depuis le rachat de la marque.

L’année dernière, Tapestry a recruté la designer Nicola Glass, ex-Gucci et Michael Kors, pour redonner un coup de jeune aux sacs à main Kate Spade. Mais selon Jessica Ramirez, une analyste spécialisée dans le retail chez Jane Hali & Associates, les nouvelles créations peinent à convaincre. "Kate Spade ne connaît plus ses clients, assène-t-elle. Je trouve les produits attirants, mais je ne sais pas du tout qui les porte." Les ventes en comparable de la marque se sont effondrées de 16 % au premier trimestre et l’entreprise s’attend à une nouvelle baisse proche de 10 % pour le trimestre en cours.

La hausse des ventes de la marque Coach en Chine et en Europe et ses marges plus élevées ont aidé à compenser les difficultés de Kate Spade. Les bénéfices ajustés ont d’ailleurs dépassé les prévisions. En comparable, les ventes de Coach progressent de 1 % sur le trimestre. Cette marque historique a fait ses débuts en 1941 dans la fabrication de petite maroquinerie.

Tapestry table sur des gains compris entre 0,95 et 1 dollar (0,86 et 0,90 euro) par action au deuxième trimestre. Les analystes attendaient 1,09 dollar (0,98 euro) selon les données IBES publiées par Refinity. Hors événements exceptionnels, l’entreprise gagne 0,40 dollar (0,36 euro) par action au premier trimestre, clos le 28 septembre. Les analystes avaient annoncé 0,37 dollar (0,33 euro). En revanche, les ventes se situent en deçà des prévisions.

© Thomson Reuters 2020 All rights reserved.