×
174
Fashion Jobs
ESTÉE LAUDER
Procurement Manager Facility Management & Capex
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Clinique Counter Consultant 100% Zürich
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Logistics Business Excellence And Sustainability Senior Manager
CDI · Wollerau
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Consultant Global Media 100% (f/m/d)
CDI · Zug
ZOÉ DROCOURT GMBH
Business Developer – Watches/Jewelry (m/f/x)
CDI · ZURICH
THE KOOPLES
Sales Assistant - Glatzentrum Men - Part Time 50%
CDI · WALLISELLEN
ONLY
Flexible Aushilfe im Verkauf (M/W/D)
CDI · CHUR
ESTÉE LAUDER
Mac Make-up Artist (Région Geneve / Lausanne)
CDI · Lausanne
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Store Manager - 42,5 Stunden - Zürich- M/F/D
CDD · ZURICH
GLOBUS
Mitarbeiter:in ***Delicatessa Kundenservice (w/m/d)
CDI · ZÜRICH
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 30 Stunden - CDI - Zürich- M/F/D
CDI · ZURICH
CLEMENTINE
Assistant(e) Responsable Boutique
CDI · GENÈVE
ESTÉE LAUDER
m.a.c Retail-Make-up Artist 40% Befristet Für 3 Monate
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Bobbi Brown Retail-Make-up Artist (3 Monate) im Globus Luzern
CDI · Lucerne
ONLY
Flexible Aushilfe im Verkauf (M/W/D)
CDI · WINTERTHUR
ETAM LINGERIE
Responsable de Magasin H/F Genève
CDI · GENÈVE
GLOBUS
Verkaufsleiter:in Home & Lifestyle (w/m/d)
CDI · ZÜRICH
ETAM
Stage Suisse- Assistant Marketing H/F
Stage · LAUSANNE
SIDLER SA
Sales Assistant Full Time / Sportswear Brand / Chamonix-Mont-Blanc
CDI · TRIENT
ZADIG & VOLTAIRE
Conseiller de Vente (H/F) - Globus Lausanne - CDI 30%
CDI · LAUSANNE
ESTÉE LAUDER
Counter Coordinator 80% la Mer Luzern
CDI · Lucerne
Publié le
11 mars 2018
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Commerce international : où en est-on des tensions entre l'UE et les Etats-Unis ?

Publié le
11 mars 2018

Le bras de fer continue. Alors que depuis le début du mois, les échanges diplomatiques entre l'Union européenne et les Etats-Unis sont compliqués sur les questions d'ouverture commerciale, le ton continue de monter. Donald Trump concentre ses attaques sur le Vieux Continent dans sa vaste offensive sur le commerce. Il se montre particulièrement menaçant à l'égard du secteur automobile, fleuron de l'industrie allemande.

Le président américain salue ses supporteurs lors d'une réunion publique à Moon Township en Pennsylvanie - AFP / Nicholas Kamm


Si les Européens ne suppriment pas leurs droits de douane, « nous allons taxer Mercedes-Benz, nous allons taxer BMW », a mis en garde samedi soir le champion de « l'Amérique d'abord ».

Le président s'exprimait en banlieue de Pittsburgh, une région d'anciennes zones industrielles déshéritées particulièrement réceptives aux lourdes taxes sur l'acier et l'aluminium importés que Donald Trump vient d'imposer.

Avant de déclencher une telle bataille commerciale, qui fait déjà des vagues tout autour de la planète, Donald Trump a « bien pesé le pour et le contre », a assuré dimanche Raj Shah, un porte-parole de la Maison Blanche.

Cela fait longtemps que Donald Trump « décrit combien les pays étrangers ont saigné à blanc les entreprises américaines et les travailleurs américains », a justifié Raj Shah sur l'antenne d'ABC. « Il veut tout simplement un accès aux marchés étrangers, et c'est ce qu'il va obtenir. »

Les Européens « nous tuent sur le commerce », avait martelé devant ses partisans Donald Trump. « On ne peut même pas vendre là-bas nos productions agricoles, ils nous restreignent carrément. »

D'où le marché proposé au Vieux continent par le locataire de la Maison Blanche: si vous voulez échapper aux nouveaux droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium, alors supprimez vos entraves sur l'entrée des produits exportés par les Etats-Unis.

« Des pays merveilleux qui traitent très mal les Etats-Unis »

Ce qu'il a résumé samedi dans un tweet ainsi rédigé : « L'Union européenne, des pays merveilleux qui traitent très mal les Etats-Unis dans le commerce, se plaignent des droits sur l'acier et l'aluminium. S'ils abandonnent leurs horribles obstacles et leurs droits de douane sur les produits américains, nous abandonnerons les nôtres. Sinon, nous taxons les voitures etc. Honnête ! »

AFP


Donald Trump a lancé cet avertissement quelques heures après une réunion infructueuse sur le sujet à Bruxelles entre son représentant au commerce Robert Lighthizer et la Commission européenne, qui lutte pour que l'UE soit exemptée des taxes américaines.

Une préoccupation partagée par le Japon, tandis que le Mexique et le Canada bénéficient d'une dérogation à ces taxes de 25 % sur l'acier et de 10% sur l'aluminium promulguée jeudi dernier par le président américain.

Quant à la Chine, premier producteur mondial d'acier et d'aluminium, elle a affirmé dimanche qu'elle défendrait « fermement ses intérêts », mais qu'elle poursuivrait ses discussions avec Washington afin d'éviter une guerre commerciale « désastreuse » pour le monde.

« Les canaux de communication n'ont pas été coupés (...) car personne ne veut d'une guerre commerciale », a assuré le ministre chinois du Commerce, Zhong Shan. « Dans ce type de négociations, une seule des parties ne peut mener la danse à elle toute seule », a averti le responsable, qui s'exprimait en marge de la session plénière annuelle du parlement chinois.

« Pas de vainqueur »

Critiquée pour sa colossale surproduction, largement subventionnée, et déjà visée aux Etats-Unis par de multiples enquêtes et mesures antidumping, la Chine redoute une escalade des tensions tous azimuts qui ferait dérailler la fragile économie du globe.

« Une guerre commerciale n'aurait pas de vainqueur, elle ne pourrait être que catastrophique pour la Chine, les Etats-Unis et le reste du monde (...) La Chine ne veut pas de guerre commerciale, ni en lancer une », a déclaré Zhong Shan, tout en agitant la menace de représailles.

En réponse à l'offensive commerciale américaine, des responsables européens ont évoqué la possibilité de taxer le bourbon, les blue-jeans et les motos Harley-Davidson, alimentant la surenchère verbale.

Mais, en menaçant les marques emblématiques du secteur automobile allemand, Donald Trump a suscité également des interrogations légitimes sur l'assise légale que pourrait avoir une telle mesure face aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

D'autre part, cela fait longtemps que les grands constructeurs ont diversifié leur production au-delà de leurs frontières nationales. BMW, par exemple, construit chaque année des centaines de milliers de véhicules aux Etats-Unis.

Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com

Tags :
Autres
Industrie