Coty : plongée au sein de son usine monégasque

A première vue, rien n’indique que derrière les murs d’un immeuble de bureaux classique se cache une usine de cosmétiques du groupe Coty. Mais à Monaco, rien ne se fait comme ailleurs. Alors que Biotherm a fermé son site de production monégasque en 2011, le géant de la beauté - qui compte 10 usines à travers le monde - y possède toujours un pôle de fabrication, ainsi qu’un centre de recherche et développement. Un héritage de la marque Lancaster, fondée en 1946 sur le Rocher et rattachée au groupe américain en 1996.

95 % des produits Lancaster sont fabriqués sur le site de Monaco. - MDeslandes/FashionNetwork

Implantée dans un bâtiment du quartier de Fontvieille, non loin du stade Louis II, depuis 1990, l’usine du groupe se déploie sur 17 600 mètres carrés répartis sur plusieurs étages et y emploie 234 personnes. Dont une centaine d’ouvriers en 3/8.

Le site intègre 13 lignes de production et fabrique pas moins de 45,9 millions d’articles chaque année (crèmes, gels douche, déodorants…). Dont la grande majorité des produits Lancaster, marque spécialisée dans la protection solaire et le skincare, mais aussi des cosmétiques Rimmel et des soins accompagnant les parfums Chloé, Marc Jacobs ou Calvin Klein.


Les cuves abritant les différentes préparations, à l'étage supérieur. - Coty

Derrière des fenêtres classiques de bureaux, ces différentes textures prennent forme : en commençant par la pesée des ingrédients, leur mélange en cuve, avant le conditionnement en pot, tube ou bouteille, jusqu’à la dernière étape de l’emballage. L’entreprise a dû tirer parti d’un environnement inhabituel dans un quartier hyper urbanisé : les recettes (560 différentes à ce jour) sont réalisées un étage au-dessus de la mise en flacon, afin d’utiliser la gravité pour faire s’écouler les émulsions dans des conduits reliant les deux niveaux à travers le plafond. Par souci de place, les matières premières sont stockées à Nice.

La gamme Sun Sport - Lancaster

Reconnaissable grâce à ses flacons orange, Lancaster a été la première griffe à déployer une gamme complète de soins solaires en 1971. Celle-ci se revendique leader de ce segment en Europe en ce qui concerne le marché sélectif et se place à la troisième place en Chine. Lancaster réalise aujourd’hui 65 % de ses ventes sur la protection, tandis que les produits après-soleil, en progression, représentent eux 24 % du chiffre d’affaires. Et lance chaque année de nouvelles gammes, comme la ligne Sun Sport et ses sprays résistant à l’eau et aux propriétés rafraîchissantes.

Les nouvelles textures sont travaillées au sein du pôle R&D. - MDeslandes/FashionNetwork

De nouvelles innovations sont mises au point par le centre de Recherche et Développement de Coty dédié au solaire et aux soins de la peau, situé dans un bâtiment proche du site de production, de l’autre côté de l’avenue Albert II. Ce pôle se déploie sur 3 000 mètres carrés et compte une quarantaine de salariés. Des chercheurs mettent au point de nouvelles formules et étudient de très près la peau et son vieillissement. « Etre situé sur la Riviera est un avantage puisqu’on peut tester dans de bonnes conditions nos produits, c’est-à-dire sous le soleil et avec l’impact de l’eau de mer », expose Olivier Doucet, vice-président R&D du site. 

Le groupe Coty, qui a intégré en octobre dernier 41 marques du géant Procter & Gamble (notamment Wella) et souhaite un jour devenir leader du secteur de la beauté, entend pour cela accélérer au rayon skincare, ne possédant jusqu’ici que Lancaster et Philosophy sur ce créneau. Nul doute que les compétences des sites monégasques seront mises à contribution afin de remplir cet objectif. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

CosmétiquesIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER