Cuir : la filière ne veut plus entendre parler de "cuir vegan"

Le Conseil National du Cuir (CNC) veut défendre le sens du mot cuir au-delà des frontières françaises. L'organisme a ainsi sollicité en juin le ministre de l'Economie afin qu'il réclame à la Commission européenne un projet de directive visant à protéger la dénomination du mot « cuir ». Le but : empêcher la promotion grandissante d'expressions comme « cuir vegan » ou « cuir d'ananas », entre autres.


CNC

Le CNC se base pour cela sur le décret 2010-29 prononcé par le gouvernement français le 8 janvier 2010. Ce dernier indique que le mot « cuir » ne désigne que la matière issue de la peau animale, transformée pour être rendue imputrescible. Un décret qui, indique l'organisme professionnel, est loin d'être respecté, mais devrait dans les faits exclure l'emploi des formulations jugées erronées ou frauduleuses.

Sont visés également les cuirs de champignon, cuir de bois, éco-cuir, simili-cuir, cuir de synthèse, « fruit leather » ou encore « Flyleather » développé par Nike, par exemple. Selon nos informations, le CNC aurait déjà ces dernières semaines adressé des lettres à différentes sociétés utilisant ces termes pour la promotion de leur offre. 

Suite à la démarche du conseil, Bercy indique avoir demandé à la Commission européenne « d’une part, l’impérative et l’urgente nécessité de mettre en place des mesures appropriées pour garantir aux produits qui circulent sur le marché intérieur un correct étiquetage et que la dénomination cuir ne figure que sur des produits d’origine animale et d’autre part, d’élaborer avec les Etats membres un projet de directive relative à une définition harmonisée du terme "cuir" et des conditions d’emploi de cette dénomination dans l’objectif de permettre une compétition loyale entre opérateurs économiques et un choix éclairé des consommateurs ».

« Les acteurs de la Filière Française du Cuir se félicitent de l’initiative du ministre de l’Economie et des finances et souhaitent que sa demande de protéger la dénomination cuir soit entendue à Bruxelles et suivie d’effets », indique aujourd'hui Frank Boelhy, président du Conseil National du Cuir.

« Le cuir vegan, ça n’existe pas ! » nous expliquait déjà en janvier 2017 Jérôme Verdier, président de la Fédération Française de la Tannerie Mégisserie, à l'occasion d'une conférence réunissant l'ensemble de la filière française du cuir (relire notre article).

La filière du cuir tricolore regroupe 9 400 entreprises employant 130 000 personnes et génère 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires. La France est reconnue comme l’un des leaders mondiaux pour le cuir de veau et les peaux exotiques, et est le troisième exportateur mondial de cuirs et peaux bruts et d’articles de maroquinerie, ainsi que le treizième plus gros exportateur de cuirs finis.

Cette communication du CNC intervient alors que se tiennent cette semaine à Paris les salons Première Vision Leather (à Villepinte du 19 au 21 septembre) et Leatherworld (au Bourget du 17 au 20 septembre), dédié au sourcing de cuir et vêtements en cuir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

TextileIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER