Damartex passe dans le rouge au premier semestre

Après avoir livré un bilan délicat pour l’année 2017/18, avec des ventes en baisse de 2,4 % et un bénéfice chutant de 36 %, le groupe nordiste ciblant les seniors Damartex a connu une période encore plus compliquée lors du premier semestre de son exercice en cours. Si son activité a reculé de 5,7 % au cours de cette période de six mois close fin décembre (à 384,9 millions d’euros), son résultat net a lui plongé dans le négatif. Ses pertes ont atteint -3,8 millions d’euros, contre 11,9 millions d’euros dégagés au premier semestre 2017/18.


L'enseigne Damart entend capitaliser sur une image familiale pour recruter de nouveaux consommateurs - Damart/Facebook

Ce résultat net est notamment impacté, selon Damartex, par les coûts de fermeture de l’enseigne Vivadia (matériel médical). Le groupe souligne aussi le contexte d’un marché de la mode dégradé : son activité habillement (Damart, Afibel) dévisse de 7,5 %, pour ressortir à 296,6 millions d’euros, tandis que son pôle « home et lifestyle » (Coopers of Stortford, Vitrine Magique) apparaît plus résistant avec une très légère progression de ses ventes de 0,8 %.

Impacté par le mouvement des gilets jaunes, Damartex a dû fermer des magasins de façon intermittente à partir de mi-novembre, empêchant notamment « la politique volontariste d’investissements commerciaux de produire les effets escomptés, impactant fortement les résultats. (…) Ce mouvement, tout comme la crainte d’un Hard Brexit en Grande-Bretagne, contribue à un climat particulièrement anxiogène pour les seniors en Europe, qui se montrent très attentistes dans leur consommation », analyse le groupe, qui s’adresse en majorité aux plus de 55 ans.

Dans le détail, l’Ebitda du groupe reste positif durant ce premier semestre et s’élève à 6,5 millions d’euros, mais apparaît plutôt mince face aux 21,5 millions d’euros générés à la même période l’an passé, ce qui représente une chute de 69,7 %. Le résultat opérationnel courant s’inscrit lui en perte de 1,9 million d’euros, « particulièrement affecté par la baisse brutale et conjoncturelle de l’activité textile ».

Faisant le point sur sa dette, la société précise que celle-ci a augmenté de 3,5 millions d’euros pour s’établir à 36,2 millions. Elle annonce en conclusion la mise en œuvre d’un plan d’économies à hauteur de 10 millions d’euros, « touchant toutes les natures de dépenses non visibles par ses clients afin de préserver sa profitabilité et mieux résister aux impacts conjoncturels ». Aucune mesure concrète n’est encore précisée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER