×
41
Fashion Jobs
LA PRAIRIE
European E-Business & Digital Director
CDI · ZÜRICH
LA PRAIRIE
E-Boutique Development Manager
CDI · ZÜRICH
ESTÉE LAUDER COMPANIES
Operations Manager dc Galgenen
CDI · Lachen
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 50%
CDI · LAUSANNE
LA PRAIRIE
Senior Packaging Designer
CDI · ZÜRICH
LA PRAIRIE
Internship: Ecrm Campaign Coordinator
Stage · ZÜRICH
MYPRIVATEDRESSING
Fashion Seller
Free-lance ·
CONFIDENTIEL
Sales Assistant M/W - Part Time 80% - Basel
CDI · BÂLE
CONFIDENTIEL
Responsable de Corner - Lausanne H/F
CDI · LAUSANNE
CALZEDONIA
Conseillère de Vente 30% Temporaire Jusqu'au au Fin Septembre 2020
CDD · NEUENBURG
ZADIG ET VOLTAIRE
Sales Assistant CDI 40h - Zurich Flagship - German Speaking
CDI · ZURICH
SANDRO
Sales Assistant- (M/F/D) 80% Sandro Menswear- Zurich Globus
CDI · ZÜRICH
THE KOOPLES
Sales Assistant M/W - Full Time - Pkz Basel Women
CDI · BÂLE
THE KOOPLES
Concession Manager - Pkz Basel Women - Full Time
CDI · BÂLE
THE KOOPLES
Sales Assistant M/W - Full Time - Pkz Zurich Women
CDI · ZURICH
THE KOOPLES
Concession Manager - Pkz Zurich Women - Full Time
CDI · ZURICH
THE KOOPLES
Sales Assistant M/W - Part Time 80% - Genève Manor w
CDI · GENÈVE
THE KOOPLES
Sales Assistant M/W - Full Time - Genève Manor w
CDI · GENÈVE
THE KOOPLES
Concession Manager - Manor Geneve Femme - Full Time
CDI · GENÈVE
ESTÉE LAUDER COMPANIES
Quality Assurance Specialist (Temporary)
CDD · Lachen
CONFIDENTIEL
Verkäufer/in
CDI · SCHÖNENWERD
LA PRAIRIE
Internship: Global Brand Development
Stage · ZÜRICH

Dates des soldes d'été : le gouvernement devrait trancher "dans les tout prochains jours"

Par
AFP
Publié le
13 mai 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris, 13 mai 2020 (AFP) - Les commerçants, confrontés à une reprise de la consommation incertaine avec le déconfinement, font face à un autre problème d'envergure: les soldes d'été, dont ils réclament que la date et la durée soient tranchées rapidement par le gouvernement.


DR



Selon les textes officiels, la période des soldes d'été dans la plupart des départements de France métropolitaine a été fixée du mercredi 24 juin au mardi 21 juillet 2020. Dès fin mars, en plein confinement, plusieurs fédérations de commerçants avaient entamé une réflexion sur le sujet, face une crise d'une ampleur inédite pour le secteur.

Avec trois problématiques à considérer: des stocks très importants, qui se sont accumulés durant les deux mois de fermeture des magasins, une trésorerie au plus bas à renflouer urgemment et une consommation qui ne reprendra pas comme avant.

Plusieurs solutions ont été proposées par les commerçants: un décalage au 1er juillet, un report au 22 juillet, une durée de six semaines au lieu de quatre... Certains ont même demandé une "ordonnance exceptionnelle pour encadrer, un mois avant la nouvelle date repoussée des soldes, les promotions agressives, les ventes privées, les ventes à perte, etc., y compris pour le e-commerce".

 "Décalage"



Fin avril, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait affirmé que la date du "24 juin (était) trop tôt". "Je suis ouvert à un décalage de la période soit au début du mois de juillet, soit si certains le souhaitent, reporter encore plus tard, après l'été", avait-il indiqué.

Interrogée sur CNews à ce sujet mercredi matin, la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher s'est prononcée pour "la mi-juillet", une date qui lui "paraîtrait quelque chose de sensé". De toutes les façons, a-t-elle promis, "nous trancherons dans les tout prochains jours".

Dans un communiqué mercredi, la Fédération des détaillants en chaussures de France (FDCF) a expliqué qu'il était "absolument nécessaire que les soldes soient repoussés d'un mois environ", soit au 22 juillet. "Nous avons calculé que ce mois supplémentaire de vente à marge habituelle sauverait une grande partie des professionnels indépendants de la chaussure, en particulier, mais des autres secteurs de la mode également", indique-t-elle.

Mardi, la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA), qui représente environ 30% du commerce de détail en France, affirmait pour sa part être favorable à "une organisation des soldes d'été dès début juillet".

"Notre économie, et plus spécifiquement le secteur du commerce de détail, reprend son activité sans que nous ne sachions quel sera le taux de retour des consommateurs. Ce n'est pas le moment de couper l'herbe sous le pied aux acteurs du commerce qui vont très vite devoir penser à la saison hivernale pour rattraper un début d'année catastrophique", s'interrogeait ainsi Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA.

"Certains d'entre eux commencent à recevoir leurs stocks d'hiver dès la mi-août. Où vont-ils stocker leurs collections hivernales si les soldes ont lieu tardivement ?", relevait-elle.

Ailleurs en Europe, la même question



En Europe, où le déconfinement s'amorce à peu près partout, voire a déjà commencé, la question se pose également.

En Autriche, la fin du confinement le 2 mai a ainsi coïncidé pour la plupart des grandes enseignes de prêt-à-porter ou de décoration avec des "soldes de réouverture" afin de relancer la consommation.

En Italie, où le déconfinement a commencé le 4 mai, les commerces de détail ne rouvriront que lundi. Selon le président de la fédération de la mode Confcommercio, Renato Borghi, "94% des entreprises italiennes sont contre la date actuellement prévue du 4 juillet" pour le début des soldes d'été. "La solution préférée de la majorité des entreprises est le report (52%), suivie de la suspension des soldes (29%)", a-t-il ajouté, et "seulement 8% a demandé à les anticiper".

En Espagne, le gouvernement a interdit mardi les soldes dans les magasins physiques, mais pas en ligne. Quant au Royaume-Uni, où les soldes ne sont pas réglementés, les commerces de détail n'ont pas encore rouvert.

Par Laure Brumont

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.