×
101
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Défilés haute couture printemps-été : adieu Valentino

Par
AFP
Publié le
today 18 janv. 2008
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 18 jan 2008 (AFP) - Les défilés de haute couture pour l'été prochain débutent lundi 21 janvier à Paris pour quatre jours, avec un temps fort très attendu, l'ultime show du couturier italien Valentino qui fait ses adieux à la mode après quanrate-cinq ans de carrière.


Valentino - Photo : AFP

Valentino, 75 ans, présentera sa dernière collection mercredi avant de passer le relais à Alessandra Facchinetti, ex-directrice artistique de Gucci, pour les collections femme (haute couture et prêt-à-porter). Il avait déjà fait ses adieux en octobre aux podiums parisiens de prêt-à-porter féminin, avec une collection accueillie par une ovation debout.

Son ultime défilé se tiendra au Musée Rodin en présence de 700 invités, soit près de deux fois plus que d'habitude.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë doit lui remettre le lendemain la Grande médaille de vermeil de la Ville de Paris.

La Fédération de la couture a une nouvelle fois ouvert largement le calendrier aux jeunes maisons de prêt-à-porter de luxe. Elles assurent la moitié des 26 défilés, aux côtés d'autres invités (Valentino, Armani...) et des maisons de haute couture proprement dites, parmi lesquelles deux nouvelles : Anne Valérie Hash et Maurizio Galante.

Jusqu'à présent invitées, ces deux griffes ont en effet obtenu en décembre le label "haute couture" et ont donc rejoint les neuf autres maisons bénéficiant de cette appellation.

La Française Anne Valérie Hash, 37 ans, diplômée de l'Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne, a fait ses débuts chez Chanel, Christian Lacroix et Christian Dior, avant de lancer sa propre marque en 1997. La créatrice intègre dans ses modèles, en petites touches, des éléments de vêtements masculins déconstruits.

L'Italien Maurizio Galante, 44 ans, a dessiné sa première collection de haute couture en 1993, après avoir lancé une ligne de prêt-à-porter huit ans plus tôt. Il propose une mode aux formes stylisées, avec un travail sur les volumes et les drapés.

Les maisons de haute couture défilent les trois premiers jours : Anne Valérie Hash, Christian Dior et Adeline André lundi, Chanel, Christian Lacroix, Maurizio Galante et Givenchy mardi, Franck Sorbier, Jean Paul Gaultier et Dominique Sirop mercredi.

Franck Sorbier présentera dans sa collection un mini-vestiaire masculin, un ballon d'essai lancé "dans une perspective de développement", selon la griffe.

Emanuel Ungaro, bien que toujours membre du petit cercle de la haute couture, est une nouvelle fois absent. Selon une porte-parole, la griffe ne fait de la haute couture "que pour des projets spéciaux".

La maison Jean-Louis Scherrer, absente depuis plusieurs saisons et qui a perdu son styliste Stéphane Rolland cet été, a depuis cessé la haute couture.

Le calendrier accueille quatre nouveaux venus qui présenteront leurs collections le dernier jour, exclusivement consacré aux "jeunes pousses" : Stéphane Rolland, qui a créé sa maison de couture après son départ de chez Scherrer, le Belge Jean-Paul Knott, par ailleurs directeur artistique de Cerruti, et Josep Font, styliste espagnol qui a déjà défilé en prêt-à-porter. S'y ajoutent Alexis Mabille, spécialiste du noeud papillon formé chez Nina Ricci et Ungaro qui propose depuis 2005 un prêt-à-porter unisexe, après avoir travaillé chez Dior.

Outre des "habitués" comme le Portugais Felipe Oliveira Baptista, l'Italien Giorgio Armani ou le Libanais Elie Saab, le programme accueille la plupart des créateurs à l'affiche la saison précédente.

Une vingtaine de stylistes présentent leurs modèles en marge du calendrier officiel.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.