×
117
Fashion Jobs

Dernier jour d'usine pour 169 salariés d'Arena, à Libourne

Par
AFP
Publié le
today 29 mars 2007
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LIBOURNE (Gironde), 29 mars 2007 (AFP) - La tristesse le disputait à l'amertume, jeudi 29 mars à la sortie de l'usine Arena de Libourne (Gironde), sponsor de la championne de natation Laure Manaudou, qui a définitivement fermé ses portes à la mi-journée, de nombreuses salariées évoquant "la fin d'une vie".


Atelier de confection du groupe Arena

C'est toute une vie" qui prend fin, glisse une employée à la presse, qu'elle met gentiment à la porte des ateliers de l'usine de maillots de bain, dans lesquels plusieurs dizaines de salariées sont réunies autour d'un dernier grand repas.

169 personnes, en grande majorité des femmes, ont perdu jeudi leur emploi, avec la délocalisation en Chine et en Grèce de la production du fabricant de maillots de bain, dont la plus célèbre ambassadrice amasse cette semaine les médailles d'or aux Championnats du monde de natation, à Melbourne.

"Laure Manaudou brille et nous aujourd'hui on est en train de disparaître (...) Maintenant on regardera moins ses performances pour éviter que cela nous fasse mal au coeur", a déclaré dans la matinée à l'AFP Francisca Bouquey, déléguée CFDT et membre du comité d'entreprise d'Arena. A l'entrée des locaux d'Arena, le visiteur est accueilli par de gigantesques affiches représentant la jeune nageuse, souriante.

Toutefois, ces considérations semblent bien éloignées des préoccupations des ouvrières, que l'on aperçoit, une fois leur déjeuner terminé, quitter les yeux parfois rougis les grands ateliers de couture, où trônent, désormais inutiles, des dizaines de machines à coudre. "J'ai pris ma machine en photo", sourit Catherine, qui durant vingt-cinq ans a été coupeuse chez Arena. Leur dernier repas ? "Toutes ensemble, à bavarder, à jouer aux cartes !", explique-t-elle, refusant de se laisser abattre : peut-être ce licenciement économique sera-t-il "l'occasion de rebondir ?".


Des employées de l'usine de maillots de bain Arena quittent les locaux de leur entreprise, le 29 mars 2007 à Libourne - Photo : Pascal Saura/AFP

L'arrêt de l'activité industrielle d'Arena en France avait été annoncé en novembre dernier au motif d'un manque de compétitivité du site. Arena (77 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2005), fondée par le groupe Adidas dans les années 1970, est aux mains du fonds d'investissement italien BS Private Equity. "Chaque matin, on voyait 160 personnes, et même si on n'étaient pas tous amis, c'était une valeur", résume Véronique, 50 ans, dont 32 chez Arena.

Alors, pour tenter d'éviter de perdre le contact, une liste avec les numéros de téléphone et les adresses mails des anciennes salariées a été distribuée. Et un rendez-vous instauré : "Tous les jeudi, à 10h00, à la Guinguette (un bar de Libourne), pour une marche ou un café".

Par Hugo DI ZAZZO

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.