Des Indiens d'Amazonie promettent de révéler le secret de certaines plantes

RIO DE JANEIRO (Brésil), 3 jan 2006 (AFP) - Des représentants des Indiens du Brésil ont élaboré une liste de 30 médicaments et cosmétiques extraits de la forêt amazonienne dont ils révéleront les pouvoirs lors d'un séminaire prévu à Curitiba (sud du Brésil) en mars prochain.


Vue aérienne d'une portion de forêt amazonienne deboisée près du fleuve Xingu, le 19 février 2005 au Brésil - Photo : Antonio Scorza(AFP)

Andre Fernando, leader de l'ethnie baniua, a indiqué à la presse qu'un groupe de huit indigènes de Sao Gabriel da Cachoeira (Etat d'Amazonas, à la frontière de la Colombie) dévoilera les secrets de ces plantes dans le cadre de la "Convention de la Biodiversité" à Curitiba, la capitale du Parana.

En contrepartie, les indigènes veulent obtenir des investissements dans ce domaine et la garantie que les brevets pharmaceutiques seront établis au nom des peuples amazoniens, a précisé au journal Estado de Sao Paulo Fernando, qui est également président de l'Organisation indigène du bassin de l'Içana.

Les Indiens redoutent de ne rien obtenir en échange de la diffusion de leurs secrets médicinaux et enverront la liste au préalable au ministère des Sciences et de la Technologie pour en obtenir l'enregistrement.

La liste inclut le keeripa, un champignon qui pousse dans la savane en bordure des affluents du rio Negro et qui a le pouvoir de soigner la tuberculose.

"On en fait une infusion et la personne est guérie pour toujours en moins d'une semaine", a assuré Fernando.

Un mélange de plusieurs plantes est efficace, selon lui, contre les morsures du serpent jararaca. Il doit être appliqué 48 heures en compresse sur la blessure.

"Nous avons des centaines d'autres plantes que la médecine des Blancs ne connaît pas, utilisées par nos pajés" (sorciers), a dit Fernando.

Certaines huiles et sèves des plantes de la forêt servent traditionnellement de cosmétiques, a-t-il ajouté.

A Curitiba sera présentée notamment la padzoma, avec laquelle l'ethnie baniua se parfume la taille les jours de fête, ou encore la kawiri, utilisée comme shampoing pour fortifier les cheveux ou en savonnette pour tonifier la peau.

"Dans plusieurs tribus, quand les bébés naissent, on les trempe dans un bain avec de la padzoma+, qui signifie 'plante du berceau d'origine'", a conclu Fernando.

Les ethnies indigènes totalisaient de 1 à 3 millions d'individus en 1500, lors de la découverte du Brésil par les Portugais, et il n'en reste aujourd'hui que quelque 734.000 (soit 0,4% des quelque 180 millions de Brésiliens).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

CosmétiquesMédias
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER