×
139
Fashion Jobs
THE KOOPLES
Area Manager - Zürich And South of Germany - w/m/v
CDI · ZURICH
ESTÉE LAUDER
Clinique Counter Consultant 80 % Befristet in Spreitenbach ab Sofort
CDI · Spreitenbach
GLOBUS
Chief Sales Officer (Cso) / Mitglied Der Geschäftsleitung (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
HUGO BOSS
Key Account Manager Menswear (M/F/D) 100%
CDI · Zug
ESPRIT
Sales Associate Flex (Employé/e de Vente) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
ESPRIT
Assistant Store Manager (M/W, 100%)
CDI · Wallisellen
ESPRIT
Sales Associate (Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 100%)
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Auf Stundenlohnbasis (Flexible Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 60 - 80%)
CDI · Lucerne
ESPRIT
Store Manager (m/f, 100%)
CDI · La Tène
ESPRIT
Sales Associate Flex (Mitarbeiter/in im Verkauf) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
CALZEDONIA
Vendeuse 30%
CDI · VEVEY
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 30%
CDI · NYON
CALZEDONIA GROUP
Sales Assistant 30% Lausanne
CDI · LOSANNA
CALZEDONIA GROUP
Sales Assistant 100%
CDI · LAUSANNE
CALZEDONIA
Sales Assistant 30%
CDI · BIEL
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 20%
CDI · GENEVA
GLOBUS
Verkaufsberater:in Fashion im Bereich Premium (M/W/D)
CDI · ZURICH
ZADIG & VOLTAIRE
Store Manager - 100% - Globus Basel
CDI · BÂLE
SKECHERS RETAIL SWITZERLAND
Responsable de Boutique
CDI · LAUSANNE
TOM TAILOR
Modeberater (M/W/D) Mit 60 % Arbeitspensum Für Unseren Tom Tailor Store in Mels (Ekz: Pizolcenter)
CDI · MELS
ESTÉE LAUDER
Senior Mps Planner
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Project Engineer Building Infrastructure
CDI · Lachen
Publié le
4 juin 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Devoir de vigilance: l'État de Californie inquiète ses fabricants d'habillement

Publié le
4 juin 2021

L'American Apparel & Footwear Association s'inquiète d'un projet de loi californien destiné à sanctionner le non-respect du droit des travailleurs dans l'industrie textile locale. Un texte qui, dans sa version actuelle, fait également peser la responsabilité sur les donneurs d'ordres. Faisant redouter à l'AAFA des délocalisations massives, alors que la Californie est un état clef de la production textile nationale.


Shutterstock



"Actuellement, si un travailleur subit une violation du droit du travail, son employeur ainsi que tout fabricant qui passe un contrat direct avec l'employeur sont conjointement responsables. Le projet de loi 62 élargit considérablement cette responsabilité conjointe en créant une responsabilité conjointe per se entre l'employeur, le fabricant et toute autre entreprise de la chaîne d'approvisionnement en vêtements, y compris les concédants de licence", explique l'AAFA. "Le projet de loi, tel qu'il est actuellement rédigé, ne reconnaît pas que les marques ou les acheteurs peuvent avoir peu ou pas de contrôle sur la façon dont un employeur particulier d'un atelier de confection gère ses salaires ou les finances de l'entreprise. En outre, tout 'garant de la marque' serait responsable de l'ensemble de la demande salariale du travailleur, et pas seulement des salaires pour le temps passé sur des vêtements liés à sa marque".

Portée par la sénatrice californienne Maria Elena Durazo, le projet de loi SB 62 s'inscrit dans une volonté de mieux encadrer l'industrie manufacturière textile locale, qui emploie officiellement plus de 200.000 personnes dans l'État, dont 45.000 opérant à la découpe et à la couture. Le texte vise notamment à faire entrer dans la définition de "garment" les entreprises officiant dans la teinture, la transformation du produit, ou la disposition d'étiquettes. Et à interdire tout paiement à l'unité produite, avec une amende de 200 dollars par jour et par employé, payable par les entreprises contrevenantes mais aussi leurs contracteurs.

Pour l'Aafa, si la démarche va punir les mauvais acteurs de la filière, elle va également causer du dommage aux acteurs vertueux, qui risquent de voir les marques se tourner vers d'autres zones de production pour échapper aux risques liés à ces nouvelles responsabilités. "Le résultat final de cette législation, telle qu'elle est actuellement rédigée, serait une perte d'emplois significative dans le secteur de la confection californien", prévient l'instance représentative de la filière américaine de l'habillement. "La législature devrait plutôt se pencher sur la nécessité de renforcer l'application de la loi dans l'industrie du vêtement et d'éliminer ces mauvais acteurs qui, souvent, ne s'enregistrent pas auprès de l'État et ne respectent pas le droit du travail. Les comportements que ce projet de loi cherche à prévenir, comme le non-paiement du salaire minimum et les mauvaises conditions de travail, sont déjà illégaux".

Ce débat étatique californien intervient alors que, de l'autre côté de l'Atlantique, cette question du "devoir de vigilance" des donneurs d'ordres fait lui l'objet d'un travail fédéral. Sous l'impulsion de la France, qui a déjà pris des dispositions en ce sens, le Parlement européen a réclamé en mars un meilleur encadrement des entreprises et de leurs filiales. Un sujet qui repose désormais entre les mains de la commission européenne, mais qui inquiète déjà la confédération européenne du textile Euratex. "L'application équitable et les défis opérationnels qui découlent (du texte, ndlr) ne sont pas suffisamment pris en compte", expliquait l'organisation en mars dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com