Dolce & Gabbana accuse, Philipp Plein riposte sur Instagram

Scandale dans le petit monde de la mode. La maison de luxe italienne Dolce & Gabbana s’en est prise à Philipp Plein, la marque du designer allemand éponyme, pour avoir tenté de débaucher une dizaine de ses employés, pour la plupart des vendeurs de l’un de ses magasins les plus importants au monde, à savoir la boutique milanaise de via della Spiga.

La boutique de via della Spiga à Milan - Dolce & Gabbana
 
La maison milanaise, fondée en 1985 par Domenico Dolce et Stefano Gabbana, a aussitôt envoyé à son jeune concurrent une lettre de ses avocats, que le styliste allemand s’est empressé de publier, en partie, sur son compte Instagram.
 
La réponse n’a pas tardé, en effet, de la part du trublion de la mode, qui a fait de la communication et de l’image son arme dès la création de sa maison en 2004. « Je viens de recevoir une gentille lettre des avocats de Dolce & Gabbana m’accusant, moi et mon équipe, de vouloir voler leurs employés ». Le ton est donné.
 
« Je n’ai d’excuses à faire à personne !!! » proclame Philipp Plein, en conclusion de son post, soulignant comment « dans un pays libre, chacun peut choisir où et avec qui il désire travailler », et que « si les gens étaient heureux dans leur travail, ils n’auraient pas envie de le quitter ».
 
Le post de Philipp Plein - Instagram

Et l’entrepreneur de rappeler combien il adore et respecte Dolce & Gabbana. Mais, « c’est triste à dire, tout le monde t’aime jusqu'à ce que tu deviennes un concurrent. Depuis plus de 15 ans je travaille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour réaliser mon rêve et construire mon entreprise... Je respecte tout le monde et je n’ai jamais reçu aucun soutien de la part de cette industrie jusqu’à aujourd’hui !!!!  »
 
En s’adressant aux réseaux sociaux, Philipp Plein, qui connaît un succès fulgurant depuis ses débuts, conforte sa position d’outsider « victime » de l’establishment.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER