E-commerce : l'application japonaise Mercari prévoit une expansion aux États-Unis

Il s'agit de l'une des étoiles montantes du e-commerce nippon. Mercari Inc, l'application japonaise de vente entre particuliers, envisage une expansion rapide aux États-Unis, selon les déclarations de son fondateur et directeur général à l'agence Reuters, après qu'une série de financement a porté sa valeur au-delà des 2 milliards de dollars (1,6 milliard d'euros).


Mercari

Mercari fournit une plateforme e-commerce pour les particuliers - ces derniers peuvent y revendre leurs articles de seconde main sur une application mobile au Japon, au Royaume-Uni et aux États-Unis, où ses activités sont dirigées par l'ancien cadre de Facebook John Lagerling.

Fondée en 2013, Mercari est un exemple rare de « licorne » japonaise - en clair, une start-up valorisée à plus de 1 milliard de dollars.

« Nous n'atteindrons pas le succès à l'échelle mondiale sans réussir d'abord aux États-Unis », prévient Shintaro Yamada, le jeune quadragénaire à la tête de Mercari, dans un entretien. « Quand un service s'enracine aux États-Unis, il tend à s'universaliser. » 

Mercari a levé 5 milliards de yens (38 millions d'euros) le mois dernier, portant sa valeur à 252 milliards de yens (1,93 milliards d'euros), soit le double de son dernier tour de financement il y a deux ans, qui comptait parmi les investisseurs le négociant-exportateur Mitsui & Co Ltd et la Development Bank of Japan. Les noms des investisseurs de la dernière levée de fonds n'ont pas été divulgués.

L'entreprise a postulé pour s'inscrire à la Bourse de Tokyo en juillet dernier et devrait probablement procéder à un premier appel public à l'épargne cette année, pour financer son expansion à l'étranger. Shintaro Yamada a refusé de livrer un calendrier précis.

Aux États-Unis, le cadre japonais précise que Mercari « n'a pas de concurrent direct » dans le domaine de la revente entre particuliers de produits de tous les jours, à l'inverse d'eBay, qui traite également avec des entreprises, ou de Poshmark, qui se concentre principalement sur la mode.

Les États-Unis, qui hébergent des géants de la technologie comme Amazon, représentent un véritable défi pour les sociétés japonaises spécialisées dans l'e-commerce. La plus grande entreprise d'e-commerce japonaise, Rakuten, s'appuie sur ses acquisitions pour pénétrer le marché américain - en rachetant par exemple Ebates, site Internet spécialisé dans la vente au rabais, basé à San Francisco. Line Corp, la plus importante application de messagerie au Japon en termes d'utilisateurs actifs, a choisi de se concentrer principalement sur l'Asie, après avoir été éclipsée par Messenger (Facebook) et WhatsApp.

« J'ai conscience que ce ne sera pas facile », concède Shintaro Yamada, qui a fondé Mercari après avoir cédé sa première start-up, consacrée aux jeux vidéos en réseau, à Zynga Inc. « Mais peut-être les autres n'ont-ils pas essayé assez longtemps. »

Shintaro Yamada a recruté John Lagerling l'an dernier, en le chargeant de définir le marché potentiel de Mercari aux États-Unis. L'équipe américaine emploie actuellement une centaine de personnes, recrutées sur place pour la plupart, contre 600 personnes dans l'équipe japonaise. L'application Mercari a été téléchargée plus de 30 millions de fois aux États-Unis et 60 millions de fois au Japon.

Traduit par Paul Kaplan

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

Mode - DiversDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER