Esquisse se teste aux Galeries Lafayette Haussmann

Lancée en 2016 par Céline Jean, ancienne acheteuse pour le groupe Etam, la griffe de lingerie Esquisse arrive aux Galeries Lafayette. C’est dans le grand magasin du boulevard Haussmann que les culottes et les soutiens-gorge sans armatures de la marque parisienne seront commercialisés dès le mois de juillet, avec la collection automne-hiver 2018.
 
Un ensemble de la collection printemps-été 2018 - Esquisse

Un moyen idéal de tester la réception de ces produits imprimés dans l’espace multimarque des Galeries Lafayette Haussmann avant de peut-être s’étendre aux magasins de province. L’occasion aussi de s’offrir, en raison de la fréquentation du lieu, une visibilité internationale, alors que la marque réalise pour l’heure 80 % de ses ventes au sein des frontières hexagonales.

Après la France, c’est l’Italie qui se montre pour l'instant la plus réceptive aux produits Esquisse, mais la marque est aussi présente au Canada et en Corée du Sud, ou encore en Belgique, en Suisse et en Allemagne, où elle souhaite s’ancrer davantage.
 
Parmi ses leviers pour séduire des clients multimarques internationaux, Céline Jean sera présente avec Esquisse pour la quatrième fois au salon Première Classe en septembre 2018. En parallèle, la griffe, déjà distribuée dans 60 points de vente, étend chaque saison ses collections confectionnées de façon responsable en France. En plus de l’introduction de deux nouvelles formes chaque saison (la griffe propose désormais dix modèles différents, qui mêlent culottes, soutiens-gorge et bodys), Esquisse lancera sa première ligne de maillots de bain pour le printemps-été 2019.
 
« Avec cette collection balnéaire de quatre modèles, déclinés grâce à différents motifs, nous voulons répondre à une demande répétée des clientes et des magasins multimarques depuis plusieurs saisons », explique la créatrice. Celle-ci sera aussi disponible sur l’e-shop d’Esquisse, qui totalise pour l’heure 30 % du chiffre d’affaires de la griffe.
 
Interrogée sur ses envies futures, Céline Jean, pour l’heure seule au capital de sa marque, dont le chiffre d’affaires a doublé en 2017, précise envisager une levée de fonds. Celle-ci, pense-t-elle, lui permettrait d’embaucher davantage de personnel et de faire plus de communication autour de la marque. Avant, qui sait, d’ouvrir un magasin à plus long terme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

LingerieLuxe - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER