×
101
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Farfetch bannit à son tour la fourrure animale

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 4 févr. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Farfetch dit stop à la fourrure. Sous la pression des militants de la cause animale, la plateforme de e-commerce d'origine britannique, annonce qu'elle ne commercialisera plus d'articles en fourrure véritable à compter du mois de décembre 2019.


Farfetch abandonnera la fourrure animale à la fin de l'année 2019.DR


À l'automne dernier, au moment de l'introduction en Bourse de la société, l'association PETA avait acheté des actions de l'entreprise afin de faire pression sur le détaillant de luxe. L'organisation de protection des animaux avait alors déclaré que l'achat d'actions lui permettrait d'assister aux assemblées annuelles de l'entreprise et de « l'exhorter publiquement à cesser la vente de fourrure ».

L'annonce de l'interdiction a été accueillie favorablement par l'ONG de défense de la cause animale Humane Society International, qui a déclaré avoir travaillé avec le détaillant en ligne pendant des années pour aboutir à cette décision.  

Ces derniers mois, l'interdiction de la fourrure s'est répandue parmi les marques et les détaillants de luxe : Yoox Net-a-Porter, Gucci, Michael Kors, Versace, Burberry, Donna Karan, Coach, Jean Paul Gautier et Jimmy Choo ont tous annoncé leur intention de ne plus vendre d'articles en fourrure animale.

Claire Bass, directrice générale de Humane Society International au Royaume-Uni, a déclaré lundi : « Chaque nouvelle annonce en faveur d'une mode sans fourrure accentue l'effet domino au sein de la filière. La révolution de la mode sans fourrure ne montre aucun signe de ralentissement, et les maisons comme Fendi ou Dolce & Gabbana, qui vendent encore de la fourrure, semblent de plus en plus démodées et isolées ».

Au Royaume-Uni, où le siège de Farfetch est établi, les sondages d'opinion font ressortir que 80 % des consommateurs estiment que la vente de fourrure devrait être interdite, selon Humane Society International. Le débat a également pris un tour politique puisqu'une commission parlementaire planche sur la question d'une interdiction possible sur le territoire britannique. Le British Fashion Council avait annoncé à l'automne dernier que la fourrure serait bannie de la Fashion Week londonienne.

Un chemin que suit donc aujourd'hui Farfetch, qui a par ailleurs annoncé une nouvelle nomination en son sein. L'e-commerçant se dote ainsi de sa première "chief fashion officer", ou directrice de la mode, qui n'est autre que Holli Rogers, la dirigeante de Browns, enseigne londonienne que Farfetch avait rachetée en 2015. Cette dernière restera sous son autorité, mais celle qui était auparavant passée par Chanel, Neiman Marcus et Net-A-Porter supervisera désormais en parallèle l'approche mode de Farfetch.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com