Fashion week de Londres : Anderson mélange les styles

Le petit génie de la mode britannique Jonathan Anderson a tenu la vedette samedi, au deuxième jour de la Fashion week de Londres avec une collection automne-hiver 2016 combinant motifs inspirés de la nature, références militaires et kimonos japonais version futuriste.


J.W. Anderson - Fall-Winter2016 - Womenswear - Londres - © PixelFormula

Les couturiers britanniques Jasper Conran et Julien McDonald avaient auparavant donné le ton avec des collections empreintes de classicisme pour l'un, de flamboyance pour l'autre, mais c'est Anderson, 30 ans, qui a capté l'attention samedi.

Le créateur d'Irlande du Nord, connu pour son inventivité, a présenté, sous le regard attentif de la directrice de Vogue et grande prêtresse de la mode Anna Wintour et de la « it-girl » britannique Alexa Chung une collection jouant sur une vaste gamme, variété des matières et sources d'inspiration : kimonos japonais réinventés avec incrustation de pièces métalliques, délicats pétales de fleurs pour des jupes évoquant la nature, vestes en cuir matelassées.


Julien Macdonald - Fall-Winter2016 - Womenswear - Londres - © PixelFormula

Larges capuchons dézippés recouvrant les épaules et stylisant la silhouette, jupes aux ourlets retournés en caoutchouc tricolore, vestes à capuche en fourrure aux tons vert olive évoquant le style militaire, la collection se veut l'expression de « la liberté de chacun à faire son propre choix » dans « une vaste gamme de possibilités dans laquelle il peut choisir », selon une carte destinée aux spectateurs du défilé.

L'utilisation de la fourrure a une fois de plus mobilisé des défenseurs des droits des animaux, dont des militants presque nus qui ont surgi vendredi au début des défilés.


Julien Macdonald - Fall-Winter2016 - Womenswear - Londres - © PixelFormula

Julien McDonald a pour sa part présenté une collection flamboyante marquée par une débauche de sequins et de plumes, avec des robes argentées de style disco, dans une église gothique desaffectée dans le centre de Londres.

Jasper Conran, 56 ans, a présenté des modèles plus classiques, dont les lignes nettes et la symétrie tirent leur inspiration de l'architecture.

Dimanche, étaient à l'honneur la grande dame de la mode britannique Vivienne Westwood, Paul Smith, Topshop Unique et la légendaire marque Alexander McQueen, qui revient à Londres après une décennie d'absence. La marque britannique d'articles de mode et de maroquinerie Mulberry revient également sur les podiums londoniens après trois ans d'absence, avec son nouveau directeur artistique Johnny Coca.

Cette 63e édition sera retransmise à travers le pays sur 60 écrans géants installés en plein air dont celui de Picadilly Circus, avec une audience potentielle de 35 millions de personnes, selon les organisateurs. Longtemps parent pauvre du circuit international de la mode, Londres a acquis ces dernières années une réputation d'inventivité et de créativité, soutenue par un marché de la mode britannique en constante croissance, qui représente près de 800.000 emplois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER